Les 5 émotions fondamentales de Vice-Versa (Inside out), de Pete Docter (Disney/Pixar, 2015)

Les 5 émotions fondamentales de Vice-Versa (Inside out), de Pete Docter (Disney/Pixar, 2015)

Je cherche pour un groupe d’étudiant·es à recenser les « émotions » affects ou « humeurs pathologiques » qui ont été décrites dans un pays mais pas dans d’autres, ou bien celles qui ont fait leur temps comme le Hemweh, le mal du pays, alias nostalgie (d’ailleurs, dans Concordance des temps de Jean-Noël Jeanneney du 5 novembre sur France Culture le sujet est la nostalgie https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/concordance-des-temps/nostalgie-quand-tu-nous-tiens-1055756)

Dans la liste qui me vient, j’ai ça. En connaissez-vous d’autres ? (avec éventuellement des travaux historiques faits dessus ?)
Je vous donnerai le résultat de cette moisson dans un article dédié plus tard.Dans ce qui me vient

  • le saudade portugais
  • le dor ou la doina en roumain
  • le hiraeth gallois
  • l’añoranza espagnole
  • la clivota ou cnenie slovaque
  • la Sehnsucht, le Wanderlust, la Schadenfreude, le Weltschmerz, le Fernweh et le Heimweh en allemand
  • le dépaysement
  • l’hystérie
  • le cafard
  • les Ikigai, Wabi-sabi, Koi no Yokan, Yugen japonais
  • le tezeta amharique
  • le assouf tamasheq
  • le blues US
  • le Hygge norvégien

J’hésite à mettre la drapétomanie et la Dyeaesthesia Aethiopica de Samuel Cartwright

On m’envoie depuis les RS

  • amok en malaisie (en Laponie ?)
  • le Fernweh allemand
  • le spleen
  • le flygskam, en Suède
  • La solastalgie, souffrance psychique ou existentielle liée aux changements environnementaux
  • le fiu, à Tahiti : nonchalance, détachement causé par des états d’âme ; il exprime non-seulement ce sentiment de lassitude, de dégout, d’ennui mais aussi la langueur, le manque de volonté, de force, d’entrain, le rejet, l’envie de tout plaquer, le ras-le-bol qu’il génère.
  • la flemme 🙂
  • le seum 🙂
  • Huizinga parle du « fun » difficile à traduire dans d’autres cultures à la base
  • l’amae au Japon
  • Ya Hasra… dialecte judeo- arabe
  • honvágy, équivalent de Heimweh en hongrois – littéralement « désir du pays »
  • káröröm, équivalent de Schadenfreude en hongrois
  • Mélabú : une sorte de mélancolie en hongrois
  • le « vemödalen », ou sentiment de frustration ressenti lorsque l’on prend en photo un magnifique paysage pour immortaliser un instant magique tout en ayant conscience qu’il existe déjà des milliers de photos du même sujet prises dans les mêmes conditions (inventé par John Koenig ? cf. + bas)
  • Le Voorpret néerlandais, la « pré-joie » à l’approche d’un évenement qui s’annonce sympathique
  • Le Mamihlapinatapai, de la langue yagan
  • La Tusa en Colombie
  • Le Freizeitstress, angoisse existentielle face au temps libre, peur de gâcher son temps
  • La Waldeinsamkeit, sentiment de plénitude quand on se balade en forêt
  • Le Sonntagsleere, déprim du dimanche avant la reprise lundi
  • La Torschlusspanik, peur de pas avoir le temps de réaliser ses objectifs, ambitions
  • Fremdschämen, honte empathique que l’on ressent à la place de quelqu’un qui vit une situation embarrassante
  • Sturmfrei, sensation de liberté qu’on ressent quand on a l’appart’ pour soi tout seul, pour un certain laps de temps
  • Zweisamkeit, solitude à deux, harmonie ressentie par un couple se suffisant à lui-même
  • la Frühjahrsmüdigkeit, la fatigue du printemps en Allemagne.
  • l’acédie : très populaire jusqu’au moyen-âge dont le sens a dérivé ensuite en paresse, un des sept pêchers capitaux). « Acédie : manque de soin pour soi-même ou pour sa vie intérieure ».
  • La cagne
  • Le Malizé (Île de la Réunion). Vient d’une déformation du mot malaise (peut aussi signifier « mal aisé »). Signifie avoir de gros problèmes et se centre sur le sentiment d’inconfort et de désarroi accompagnant cet état (« être dans le Malizé »).
    Une chanson avec : https://youtu.be/6UA666ZpLzE
    Le « syndrome méditerranéen »
Le copain Albert Moukheiber et quelques autres m’indiquent the dictionnary of obscure sorrows, de John Koenig.
J’y trrouve :

Tiré de « The Dictionary of Obscure Sorrows »

http://www.dictionaryofobscuresorrows.com/

1. Sonder

the realization that each random passerby is living a life as vivid and complex as your own.
You are the main character—the protagonist—the star at the center of your own unfolding story. You’re surrounded by your supporting cast: friends and family hanging in your immediate orbit. Scattered a little further out, a network of acquaintances who drift in and out of contact over the years. But there in the background, faint and out of focus, are the extras. The random passersby. Each living a life as vivid and complex as your own. They carry on invisibly around you, bearing the accumulated weight of their own ambitions, friends, routines, mistakes, worries, triumphs and inherited craziness. When your life moves on to the next scene, theirs flickers in place, wrapped in a cloud of backstory and inside jokes and characters strung together with countless other stories you’ll never be able to see. That you’ll never know exists. In which you might appear only once. As an extra sipping coffee in the background. As a blur of traffic passing on the highway. As a lighted window at dusk.

2. Exulansis
n. the tendency to give up trying to talk about an experience because people are unable to relate to it—whether through envy or pity or simple foreignness—which allows it to drift away from the rest of your life story, until the memory itself feels out of place, almost mythical, wandering restlessly in the fog, no longer even looking for a place to land.

3. Onism
The awareness that how little of the word you’ll experience n. the frustration of being stuck in just one body, that inhabits only one place at a time, which is
like standing in front of the departures screen at an airport, flickering over with strange place names like other people’s passwords, each representing one more thing you’ll never get to see before you die-and all because, as the arrow on the map helpfully points out, you are here.

4. yù yī – 玉衣
the desire to feel intensely again n. the desire to see with fresh eyes, and feel things just as intensely as you did when you were younger—before expectations, before memory, before words

5. Klexos:
The Art of Dwelling on the Past
Your life is written in indelible ink. There’s no going back to erase the past, tweak your mistakes, or fill in missed opportunities. When the moment’s over, your fate is sealed. But if look closer, you notice the ink never really dries on any our experiences. They can change their meaning the longer you look at them.

7. liberosis

the desire to care less about things—to loosen your grip on your life, to stop glancing behind you every few steps, afraid that someone will snatch it from you before you reach the end zone— rather to hold your life loosely and playfully, like a volleyball, keeping it in the air, with only
quick fleeting interventions, bouncing freely in the hands of trusted friends, always in play.

8. vemödalen
n. the frustration of photographing something amazing when thousands of identical photos already exist—the same sunset, the same waterfall, the same curve of a hip, the same closeup of an eye—which can turn a unique subject into something hollow and pulpy and cheap, like a mass-produced piece of furniture you happen to have assembled yourself

10. nighthawk
n. a recurring thought that only seems to strike you late at night—an overdue task, a nagging guilt, a looming and shapeless future—that circles high overhead during the day, that pecks at the back of your mind while you try to sleep, that you can successfully ignore for weeks, only to feel its presence hovering outside the window, waiting for you to finish your coffee, passing the time by quietly building a nest.

11.mal de coucou : n. a phenomenon in which you have an active social life but very few close friends—people who you can trust, who you can be yourself with, who can help flush out the weird psychological toxins that tend to accumulate over time—which is a form of acute social malnutrition in which even if you devour an entire buffet of chitchat, you’ll still feel pangs of hunger.

12.keyframe
n. a moment that seemed innocuous at the time but ended up marking a diversion into a strange new era of your life—set in motion not by a series of jolting epiphanies but by tiny imperceptible differences between one ordinary day and the next, until entire years of your memory can be compressed into a handful of indelible images—which prevents you from rewinding the past, but
allows you to move forward without endless buffering.

13. vellichor
n. the strange wistfulness of used bookstores, which are somehow infused with the passage of time—filled with thousands of old books you’ll never have time to read, each of which is itself locked in its own era, bound and dated and papered over like an old room the author abandoned years ago, a hidden annex littered with thoughts left just as they were on the day they were captured.

 

On m’indique également le livre de Ian Hacking, Les fous voyageurs
ainsi que ce lien, sur lequel j’ai une confiance modérée mais que je vais éplucher

Vous en connaissez d’autres ? Merci !

6 réponses

  1. ADELINE FONTAINE dit :

    Fernweh! (Le contraire de Heimweh: le mal du lointain , l’envie de voyager, l’appel du grand large!)

  2. Pierre Rambeau dit :

    Je ne suis pas vraiment sûr que cette référence s’inscrive dans la même démarche (car apparemment il s’agirait principalement de néologismes), mais je vous suggère de fouiller The Dictionary of Obscure Sorrows.
    On y retrouve par exemple le « vemödalen », ou sentiment de frustration ressenti lorsque l’on prend en photo un magnifique paysage pour immortaliser un instant magique tout en ayant conscience qu’il existe déjà des milliers de photos du même sujet prises dans les mêmes conditions.

    • Merci Pierre ! je ne connais pas du tout ce livre, en avez-vous une copie à me faire compulser ? !

      • Pierre Rambeau dit :

        Malheureusement je ne l’ai pas lu et n’en ai aucune copie, mais vous pourrez trouver une description de ce projet sur wikipédia. La chaîne YouTube du même nom compile plusieurs vidéos dont les titres expliquent brièvement le sens de chacun de ces mots et les illustre de façon poétique en moins de 3 minutes.

  3. Sari K dit :

    Bonjour, toujours dans la richesse de la langue allemande, il y a
    – la Vorfreude (sûrement la Voorpret néerlandaise) : se réjouir en avance d’un événement. Gare à celui qui gâche la Vorfreude
    – fremdeln (vb, dérivé du mot fremd = étranger) : attitude réservée, timide, voire de peur face à des inconnus, des étrangers ou simplement personnes tierces des enfants, notamment en bas âge. [à mes amis allemands qui s’étonnaient pourquoi mon bébé était si social et souriant, je répliquais par provocation qu’un bébé français ne pouvait pas fremdeln, car le concept n’existe pas, donc les attitudes correspondantes ne sont ni vues ni considérées par l’entourage]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *