La petite tête canaille de Guillaume, l'air satisfait

La petite tête canaille de Guillaume, l’air satisfait

Le copain Guillaume Meurice parlait de mes disputatios hier soir sur Thinkerview. Ce qu’il ne vous dit pas, c’est que j’ai dû lui faire un chèque pour ça, à cet enfoiré qui prétend une heure plus tôt ne pas faire de “ménages”. (Bon, c’est pas vrai. J’ai juste dû coucher avec lui. Fallait pas le dire ? Non. Ah bon).

Mais comme disent les toucans, il faut rendre au casoar ce qui appartient au casoar.
Couverture du livre de Sylvain Begon

Couverture du livre de Sylvain Begon

Si j’ai effectivement inventé un modèle de débat à ma sauce (voir par exemple ici),  je me suis inspiré d’une technique scolastique médiévale qui me prééxistait LAAAARGEMENT, et

surtout, je n’ai pas fait ça seul. J’ai été aidé par des collègues, dont Ismaël Benslimane, Clara Egger, Raul Magni-Berton, Nelly Darbois, Nicolas Vivant et d’autres (voir le site CORTECS) ; et surtout il y a une longue histoire médiévale des disputatios, qu’a depuis retracé vaillamment le tout jeune Sylvain Begon dans un livre auto-édité, La Disputatio : Une éducation complète à la prise de parole en public à l’heure du Grand Oral, que j’ai reçu – et reçu – en décembre 2020.

Au passage, je me rappellerai toute ma vie d’un philosophe du laboratoire de philo de mon université, qui m’a tapé à l’époque un scandale, en public : j’avais osé prendre le mot disputatio, selon lui sans rien y connaître, et surtout sans lui en parler, alors que eux deux ( lui et sa chemise blanche échancrée) étaient spécialistes de la question. Mais l’homme est aussi haut en pouvoir qu’arrogant… Et il est très haut en pouvoir. Moi qui n’aime pas la hiérarchie non négociée, et qui conchie l’arrogance surtout philosophique, il n’était même pas question que je lui demande quoi que ce soit. Et le pire, c’est que j’avais déjà lu son travail. Que voulez-vous, mon bon Monsieur Ma brave Dame…
En tout cas on s’était bien marrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *