C’est une maison bleue, adossée à la colline…

Le nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol, très conservateur, veut quitter la « Maison bleue », bureau et résidence traditionnelle de la présidence à Séoul. La raison ? Elle est ésotérique : le palais présidentiel ne serait pas assez feng shui (ou pungsu, 풍수), selon trois ou quatre chamanes proches de lui.