Je compulse pas mal, et comme on me pose fréquemment la question, je livre ici mon matériel professionnel, du moins le must selon moi.
Ici, c’est la fournée du 4 juillet au 6 septembre 2021. Servez-vous. Je fais le tri dans ce que j’ai lu qui a un lien plus ou moins direct avec la pensée critique.

Sauf articles remarquables, je ne mets a priori pas les publis scientifiques. J’indique +, ++ ou +++ ma recommandation, sans toujours dire pourquoi, sauf si vous me demandez. Je n’indique généralement pas les trucs inutiles ou trop mauvais, histoire de ne pas vous faire perdre du temps.

Je dédie cette recension à Jérémy Teinturier et Eugénie Gaullier, qui font vivre une poche de rationalité au coeur de la  vallée de la Jordanne.

Livres liés à l’esprit critique

Paul Thiry, baron d’Holbach, Le Bon Sens, ou Idées naturelles opposées aux idées surnaturelles, Londres, 1772 (pdf ici) (BNF.
Hachette livre
, 2012) (+++)

Immense tendresse pour celui qui est avec l’abbé Meslier l’un des premiers penseurs athées, avec tous les risques que ça représente au XVIIIe siècle.

Peter Singer, Altruisme efficace, les Arènes (2015) (+++)
Il y aura toujours à redire sur certains aspects de la pensée de Singer, mais n’empêche, magnifique boulot introductif. Merci Manuel Barbado pour le prêt.
Martin Page, Au-delà de la pénétration, éditions Monstrograph, réédité chez Le nouvel Attila (2019). (+++)

J’avais déjà feuilleté un certain nombre de brochures alternatives sur le dogme de la pénétration, mais je n’avais pas eu en main un aussi joli petit livre, doux et pédagogique, qui plus est écrit par un mâle cis hétéro.
Merci Florence Dellerie pour la ref.

Atelier paysan, Reprendre la terre aux machines, Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Seuil (2021) (+++)

Peu d’entre nous ne se rendent compte du travail remarquable de l’Atelier paysan, et du courage des militant·es de l’autonomie paysanne face à l’intrication Industrie agricole productiviste/syndicat majoritaire FNSEA. Palme au réseau des ADDEAR. C’est pour ça que j’espère que mes ami·es du combat animaliste sauront graduer la vindicte à l’aune des rapports de force. Merci Anaïs Goffre, entre autres, pour le cadeau et le combat.

Aude Lancelin, Le monde libre, une plongée sans précédent dans la servitude des médias, J’ai lu. Paris (2017) (+++). Qu’on ne me parle pas des positions que l’autrice a défendue pendant l’épidémie de COVID-19, là n’est pas le propos. Elle narre ici avec courage et talent la putréfaction d’un journal célèbre.
Ambroise Paré, Discours de la Momie et de la Licorne, Collection Le Cabinet des lettrés, Gallimard (2011) (+++)

je viens de le relire. C’est dans le best of des ouvrages médicaux que j’ai pu avoir en main. Paré est absolument remarquable.

Jean-Noël Fabiani, La fabuleuse histoire de l’hôpital, Pocket (2018) (++). Une écriture agréable, des anecdotes fort cocasses, liées par un positionnement que je trouve parfois bien conservateur, vous êtes prévenu·e.
Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Livre de poche (1983) (+)
J’adore ce petit livre, même s’il n’est pas un livre nécessaire pour la pensée critique. Deux ou trois passages d’anthologie, que j’ai donnés ici. Durant mon doctorat, j’avais eu l’outrecuidance de penser demander à Eco d’être en tant que sémioticien, rapporteur de ma thèse. Au moment où j’ai voulu prendre mon courage à deux mains, j’ai vu qu’il défendait le traité constitutionnel européen, que je trouvais calamiteux, alors… J’ai renoncé. Cela m’a certainement évité un gros four.
Dossie Easton et Janet Hardy, La salope éthique (1997)Tabou (2013) (++)
Là encore, ce n’est pas tant l’extraordinarité de la thèse présentée (j’ai beaucoup lu sur ça), ni le style, ni certaines allégeances à des formes semi-mystiques qui me fait mettre 2+. Mais replacée dans le contexte historique, il a fallu un courage indéniable aux autrices, du même bois que celui des 343 salopes par exemples. C’est un livre historique. Bon nombre de brochures et livres narrent ça bien mieux, mais n’empêche, je dirais que c’est un incontournable de la déconstruction des « mythes » amour, couple, propriété sexuelle, etc. Et ce n’est pas rien.

 
Alexandre Kauffmann, La mythomane du Bataclan, Goutte D’or (2021) (+)

Merci Gabrielle Deydier de m’avoir conseillé ça. L’histoire est édifiante, et permet une plongée dans l’eau trouble de comportements qui me sont tout à fait étrangers, peut être parce que je ne me suis jamais retrouvé dans des situations semblables.

Olivier Jourdain, Enquête au pays des antivax, Plon (2021) (+++). Un très bel ouvrage. J’avais deux questions « pénibles » et l’auteur m’a répondu de manière très circonstanciée. Mes questions étaient :

1. « Y a-t’il une raison objective à cette sexuation de la vaccination contre le HPV, le fait qu’on ait proposé aux filles la vaccination et non aux garçons ? »
et 2. « Je ne crois pas avoir vu une critique du modèle marchand du vaccin. Beaucoup des problèmes que nous rencontrons me semblent venir de la contradiction entre santé publique et bénéfices privés. Je suis plutôt du côté de Jonas Salk…. Qu’en pensez-vous ?« 
Ses réponses sont intéressantes, j’attends son accord pour les utiliser
Eduardo Galeano, Football, entre ombre et lumière, Lux (2014) (+)
Moi qui n’ai pas regardé une minute de foot depuis la finale 1998, j’ai adoré ce livre. Galeano a malheureusement emporté sa poésie au paradis des supporters en 2015. Merci Fabrice Garnier
Michel Pinglault, Dictionnaire Français-Berrichon, J’causons comme le r’bouteux, vl.4, La bouchure (2021) (+). M’a été utile pour mes recherches de mots-clés en patois. Merci Christelle Charfoulault pour le prêt d’un livre… que je ne t’avais pas encore offert.
Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse, Seuil (2015) (+++)
J’apprécie la tentative d’analyse très courageuse de Todd, qui lui a valu un paxon d’ennuis. A-t’il raison ? Je tends à le penser, mais je ne suis pas assez pointu pour en être certain.
Henry Miller, Lire aux cabinets, précédé d’Ils étaient vivants et ils m’ont parlé (2007). Un ou deux passages très beaux, mais pas utile pour notre propos (sauf pour les gens qui lisent trop de livres)
René Frégni, Carnets de prison ou l’oubli des rivières, Tracts Gallimard (2019) (+). Belle plume, et dénonciation de l’univers carcéral. Merci Séverine Carpentier. Vous pouvez écouter Frégni de vive voix ici.
Bobby Henderson, Évangile du Monstre en spaghettis volant, Le cherche-midi (2008). (+++). Devenu très rare en français. Je l’ai re-parcouru pour professer mon premier baptême pastafarien, fin août. Il m’avait été offert par Géraldine Fabre, et je me sers de ce culte à des fins pédagogiques, notamment en stage doctoral. Hallenujah !
Michael Balint, Le médecin, son malade et la maladie, (1960) Payot (2009). Prêté par Amandine Forestier, merci à elle. Je n’ai fait que l’éplucher, car si je loue la contribution de Balint et de ses groupes, m’embourber encore une fois dans la psychanalyse m’ennuie au plus haut point.

 

Commmencés mais pas finis

Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort, une histoire de la réanimation, Champ-Vallon (2018). Je n’ai pas encore fini, mais c’est remarquable ! (+++). Recension ici

Gaming the metrics, Misconduct and Manipulation in Academic Research, coordonné par Mario Biagioli et Alexandra Lippman (MIT Press, 2020). (+++) Riche et dense. Pas fini

Robert Shelton, Bob Dylan, no direction home, Flammarion (1986/rééd. 2021). Beau livre, mais je ne recommande pas, hormis peut être la partie sur l’influence de Woodie Guthrie)

Bouquins qui partent en sucette (mais ça fait partie de mon travail)

 

Jean-Marie Beuzelin, Berry insolite et secret, Jonglez (2021) (+). Il y a de petites pépites, mais ça part en sucette quelques fois – je pense à un encart sur les ondes telluriques, Bovis, etc. Merci Christelle Charfoulault encore une fois pour le prêt d’un livre… que je ne t’avais pas encore offert.

Romans

Bord de mer, suivi de Numéro six… de Véronique Olmi (2005). Je mets ++ car on y plonge dans le désespoir de la misère sociale, et que mobiliser une compréhension de la misère sociale est nécessaire en vue d’une éthique rationnelle – je pense automatiquement à l’émission n°4 de « Au voleur », LSD, sur France Culture (cf. plus bas), sur le « bon » juge Magnaud et l’affaire Louise Ménard, de mars 1898. Merci Christelle Charfoulault (décidément)
Jean Teulé, Mangez-le si vous voulez (2009). Merci à celui ou celle qui me l’a recommandé (j’ai oublié) : c’était suite à ma lecture de « Entrez dans la danse », du même auteur. D’ailleurs je lui avais écrit car je voulais discuter d’un point précis (mineur !) qui me semble inexact sur la chorémanie de 1518, mais il ne m’a jamais répondu. Si quelqu’un·e le connaît….

 

Journaux ou articles web marquants

  • L’envolée, parce que c’est vraiment le journal à soutenir
  • Le Monde diplomatique de juillet et d’août. Mais je n’ai pas le feu de mettre le détail de ce qui m’a captivé dedans, je ne le ferai que sur demande).
  • Tuning de dés à dispositions des amateurs de chifoumi : triper sur des Pokémon et des dés ! d’Oppenheimer, d’Efron, … ici, par @ElJj
  • Pourquoi le militantisme déconne, par Viciss Hackso, de Hacking social. On peut télécharger ce splendide texte ici (je précise que je ne connais rien d’autre de Hacking social)

Parmi les trucs lus ou relus pour préparer un article pour Manière de Voir qui va arriver en septembre, j’ai potassé

  • Murat Cokol, Fatih Ozbay et Raul Rodriguez-Esteban, « Retraction rates are on the rise », EMBO Reports, Basingstoke, janvier 2008.
  • Monya Baker, 1,500 scientists lift the lid on reproducibility », Nature, volume 533, pages 452–454 (2016)
  • C. Glenn Begley et Lee M. Ellis, « Drug development: Raise standards for preclinical cancer research », Nature,  483, 7391,  531–533
  • Yves Gingras, Mahdi Khelfaoui, Einstein vaut-il la moitié du Dr Raoult ? Pour en finir avec « l’indice h » , The Conversation, 26 juin 2020 (Salut Yves ? ça va ?)
  • Isabelle Bruno, « Pourquoi les droits d’inscription universitaires s’envolent partout », Le Monde diplomatique, septembre 2012.
  • « Scientists sign petition to boycott academic publisher Elsevier », The Guardian, Londres, 2 février 2012 ; « Mathematicians organize boycott of a publisher », The New York Times, 13 février 2012.
  • Faculty Advisory Council Memorandum on Journal Pricing, « Major periodical subscriptions cannot be sustained », Harvard University, 17 avril 2012.
  • Robert Darnton, « La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google », Le Monde diplomatique, mars 2009.
  • Chris Woolston, Impact factor abandoned by Dutch university in hiring and promotion decisions, Nature 595, 462 (2021, 25 juin)
  • J’ai répondu à une sympathique journaliste de Libération sur les dérives de la zététique (ici). Je ne suis pas ravi du résultat, car ça me prête des phrases vraiment rudes, et ça cible uniquement Thomas C. Durand, de la Tronche en biais.
  • J’ai parcouru les pages pro-Anthroposophie / Steiner dans Le Monde en juillet. C’était étonnant de candeur et d’approximation. Je vais récupérer les pages pour en faire du matériel pédagogique
  • Idem pour la série du Monde sur le plagiat, qui elle vaut son pesant de cacahuètes. J’espère que Jean Birnbaum me donnera le droit de l’utiliser.
  • Et je suis content d’indiquer la première petite publi de « mon » étudiant, Timothée Guilhermet, Charles T. Wolfe, Lire le matérialisme. Tim, c’est un opiniâtre, un jour je vous en parlerai.

Émissions vidéo

  • J’ai regardé la chaîne de Sohan Tricoire, rare exemple que j’ai de gens ayant réussi à faire ce truc inouï de renoncer au confort, à des revenus, juste parce que leur raison leur montrait que ça clochait. Naturopathe déconvertie, elle fait excuse. C’est pour moi la classe intergalactique (+++). Ici : 

 

 

  • Je me suis fait un certain nombre d’épisodes de Acult, série « les déviants » : de Gilbert Bourdin à Tall Schaller. Il faut des anxiolytiques à portée de main (+++). Merci de ce matériel pédagogique.

Un exemple :

 

  • Thinkerview

Philippe Corcuff : 66% d’abstention : la grande confusion ? 23 juin 2021. Je trouve sa réflexion intéressante, mais je préférerais lire le bouquin avant de donner un avis péremptoire.

 

  • Estivales de la cause animale, 17 août 2021. J’ai regardé l’amie Florence Dellerie  dans Communiquer pour les sentients, qui s’adresse aux militant·e·s animalistes en leur donnant des pistes pour communiquer plus efficacement. C’est malin (++).

Émissions de radio

  Archives d’Afrique, d’Alain Foka, RFI
  • Kofi Annan, 13 épisodes (++)
Les grandes traversées, France Culture
  • Gisèle Halimi, la fauteuse de troubles, 5 épisodes, par Ilana Navaro (+++). Un pur régal.
Avoir raison avec…, France Culture
  • Noam Chomsky, 5 épisodes (++)
  • Charles Darwin, 5 épisodes (+++)
Mécaniques du journalisme, par Elise Karlin, Pierre Gastineau et Philippe Vasset, France Culture
  •  L’affaire Du Pont de Ligonnès (++)
Scepticisme scientifique, de Jean-Michel Abrassart et Jérémy Royaux
  • #510 La communauté sceptique, avec Paul Colin (+) J’avais répondu à Paul dans le cadre de son mémoire de Master 1 socio, je vous le mets ici dès que Paul a vérifié que son écrit ne permet pas l’authentification des répondant·es.
  • #509 L’argumentation sur les questions socioscientifiques (Gabriel Pallarès) (++)
  • #508: In Tenebris, avec l’auteure Marine Benoît (++) j’avais parlé de son livre
Parler comme jamais, de LaëIia Véron, Binge
  • #19 les machines savent-elles parler ? (+)
  • #6 Votre dictionnaire est-il de droite ? (+++)
Le Tchip, par Mélanie Wanga, Kévi Donat et François Oula
  • s5#36 FAQ : on répond à vos questions (++)
Concordance des temps, de Jean-Noël Jeanneney, France Culture

 

  • Vacances : le désir de rivage aux XVIIIe et XIXe siècle (+++)
  • Le franglais (+)
  • L’arme atomique (me suis ennuyé)
 

LSD, la série documentaire, de Perrine Kervran, France Culture

Alexandre Marius Jacob est l’un des personnages les plus remarquables dont j’ai pu lire la vie (et la mort ! Car le monsieur a choisi sa mort). Mieux que Arsène Lupin, qu’il a d’ailleurs inspiré. À son sujet je renvoie

  • au documentaire Alexandre Jacob ou les travailleurs de la nuit, d’Olivier Durie, Production Les films grains de sable (2011),
  • au livre Alexandre Jacob l’honnête cambrioleur ; portrait d’un anarchiste (1879-1954) de Jean-Marc Delpech, Atelier Création Libertaire (2008) mais je n’ai pas trouvé ce livre facile à lire,
  • aux émissions de radio « Marius Jacob, l’Arsène Lupin au drapeau noir » (Stéphanie Duncan, dans Autant en emporte l’histoire, 2017) et pour les enfants « Alexandre Jacob : cambrioleur et justicier » par Laure Grandbesançon sur France Inter ;
  • ainsi que par lui-même : Marius Jacob, Travailleurs de la nuit, Paris, L’Insomniaque, , et la brochure « Pourquoi j’ai volé » ou « Pourquoi j’ai cambriolé », texte adressé aux juges qui l’enverront au bagne suite à son procès en 1905 au tribunal d’Amiens, aux éditions de Londres (on peut l’y acheter pour 99 centimes, ou le prendre « gratuitement » si on est fauché·e sur Infokiosques.net)Comme il dit lui-même : « J’y mets à nu toute mon existence de lutte : je la soumets comme un problème à vos intelligences« .
Bonus : Jean-Marc Delpech me fait le plaisir de m’indiquer
– son blog « Alexandre Jacob, l’honnête cambrioleur »
– Voleur et anarchiste
– Extermination à la française chez les éditions La Pigne
et j’ajoute sa thèse, téléchargeable ici-même et
 
On m’indique aussi une BD, Les travailleurs de la nuit, de Matz et Chemineau, 2017, merci Aurélien Gentils
Camille, de Camille Regache, Binge Audio

 

  • Les femmes trans sont des femmes (++)
  • Comment être un·e bon·ne allié·e des personnes non binaires (++)
  • Sexy Wittig (++)
Grand reportage, RFI

 

  • Lumumba,la mécanique d’un assassinat (++). C’est une histoire que je connais bien : par les travaux de François-Xavier Verschave notamment. Je renvoie également au film Lumumba, de Raoul Peck (2000).
  • Opération Mar Verde, les eaux troubles de la mémoire guinéenne (+)
Mécréantes, de Léane Delanchy, Buzzsprout
 
  • Les femmes sont-elle laides, avec Claudine Sagaert
  À voix nue, France Culture
 
  • Jacques Tardi, une vie entre les cases (++) : captivant
  • Frédric Dard l’intranquille (++) : idem
  • François Morel (me suis ennuyé ferme)
Comprendre le monde, de Pascal Boniface, IRIS, YouTube
 
  • François Hollande « comment décider en politique étrangère » ? Ne rigolez pas, c’était un essai, parce que je me disais que F. Hollande ne pouvait pas être aussi « flamby » que ça. Eh bien si, même là…
Les Nuits de France Culture, de Philippe Garbit

 

 

  • Pages entomologiques de Jean-Henri Fabre (+)
  • La science en marche, la prestidigitation et les fausses sciences, 1 et 2, avec Michel Seldow (1972) (dont on ne sait pas la date de décès…) (+)
  • Jacques Brel (l’un des seuls à qui je pardonne la misogynie)
  • Une veillée chez Jean Ferrat (1997) (+)
  • Marcel Gotlib : « Répondre à vos questions ? Moi ! Plutôt crever ! » (+++)
  • Angela Davis, 1975 (+++)
Infiniment, de Nicolas Martin, France Culture
 
  • # »Haut » : avec mon collègue de l’étape, Sébastien Lavergne. J’ai découvert la famille des azorelles, plantes à coussins, je kiffe !

Un jour dans l’histoire, de Laurent Dehossay, la 1ère

  • Les géoglyphes de Nazca (25/06/21) (++)
Affaires sensibles, par Patrice Drouelle, France Inter
  • Fabienne Kabou l’ensorcelée (+)
  • L’exorciste de William Friedkin (+)
  Baleine sous gravillon, Ausha
  • Les anoures saison 2, de #64 à #67 (+)
Carbone 14, de Vincent Charpentier, France Culture
  • Les gaulois à l’œil nu, avec Dominique Garcia, président de l’Inrap (++)
Médiapart, podcast
  • Le porno et la fabrique de la masculinité, par Fabien Escalona (+)
L’actu des luttes, Radio parleur, Ausha
  • Offensives juridiques contre les médecins des personnes trans
Un podcast à soi, par Charlotte Bienaimé, Arte Radio
  • Prisonnières et visiteuses (++)
La fabrique médiatique, de Chloé Cambreling, France Culture

 

  • Privés de retour, sur les œuvres africaines (++)
  • Raoult. Une folie française (++)
Secrets d’info, Jacques Monin, France Inter

 

  • Influenceurs : enquête au royaume du mélange des genres
  • La déscolarisation, révélatrice de la fragmentation de la société (d’Isabelle Souquet, avec des bouts de Grégoire Perra dedans, sur l’Anthroposophie). Et à la suite, enquête de Jean Songe sur le mode nauséeux de Sodexo « la gloutonne », qui fait l’objet d’un livre que je n’ai pas encore lu.
PodQast
  • Le fist – fisturing la finistière (++)
Toute une vie, France Culture
  • Franquin (1924-1997) : génial, modeste et discret (+)
  • Sarah Kane (1971-1999), anéantie (+)
Rendez-vous avec X, de Patrick Pesnot, France Inter

 

  • Les cellules alpha (+++)
  • Le Rainbow warrior (+++)
Les pieds sur Terre, de Sonia Kronlund, France Culture

 

  • Arnaques à la Mecque (+)
  • Vive la Creuse (++)
Le temps du débat d’été, par Emmanuel Laurentin, France Culture

 

  • Doit-on s’inquiéter de la résurgence des pratiques ‘New Age’ ? (20 juillet 2021), avec Pascale Duval, porte-parole de l’Unadfi, Raphaël Liogier et le camarade Jean-Baptiste Malet (++)

Le code a changé, de Xavier de la Porte, France Inter
  • Coincés dans Zoom, avec Hubert Guillaud (+++)
  • L’homme qui avait la formule mathématique des bonnes histoires (+++)

6001 mots, Ausha
 Tous (+)
Le moment Meurice, France Inter
Programme B, Binge audio
  • Désordres extraordinaires, en 7 épisodes (+++) avec Sophie Nivelle-Cardinale qui raconte sa couverture du conflit syrien. Attention, c’est dur.
Une histoire particulière, France Culture
  • Narcisse Pelletier, l’aborigène vendéen (2 émissions) (++)
  • Roswell 1 (++)
La méthode scientifique, de Nicolas Martin, France Culture
  • Linguistique intérieure, qui me parle ? (+)

 

 

EN ANGLAIS

Skeptoid, de Brian Dunning
  • #784 Head transplants (++) m’a rappelé l’excellent livre d’Anne Carol, Physiologie de la Veuve : Une histoire médicale de la guillotine, chez Champ-Vallon, 2013.
  • #791 Dowsing: Water Witchcraft (++)

 

MUSIQUE

Pourquoi la musique ? Parce qu’elle narre une histoire des mœurs, des affects et bien souvent de la misère.

Juke Box, d’Amaury Chardeau, France Culture
  • Des negro spirituals à Al Green et au hip hop, le gospel dans tous ses états (++)
  • Un billet dans le cornet : le jazz et les gangsters (+++)
Very Good Trip, de Mishka Assayas, France Inter
  • Dylan, crooner inattendu (++)
La série musicale, par Zoé Sfez, France Culture
  • The Beach Boys, ou la face cachée du soleil (2 épisodes) (+)

ENFANTS

Bestioles, sur France Inter, une collection d’épisodes sur les animaux, réalisée par Stéphanie Fromentin, avec le coup de main de Guillaume Lecointre, du Muséum National d’Histoire Naturelle (++). Denis Cheissoux fait l’excellent conteur, comme d’habitude, mais la palme revient à la doubleuse Brigitte Lecordier, qui nous a fait mourir de rire. Merci à Susie Morgenstern, Oriane Lallemand, Gwenaël David.

 

Documentaires

The dissident, de Bryan Fogel (2020), sur l’assassinat de Jamal Khasshoggi (+++). Je ne m’en suis toujours pas remis.

Extrait

Framing Britney Spears, de Samantha Stark (2021) (+). Je ne connaissais RIEN de Britney Spears. La pauvre. Questionne la question des tutelles.
Barkley marathons, the race that eats its youngs, d’Annika Iltis & Timothy James Kane (2015) (+). Mais il faut que je raconte quand même ! Gary Cantrell, alias « Lazarus lake » organise chaque année depuis 1986 la pire course possible : 5 tours de 35 km et 18000 (18 milles !) mètres de déniv à boucler en 60h dans une forêt du Tennessee aux acacias piquants, des inscriptions limitées à 40 personnes, pas de site web il faut se démerder pour joindre l’organisateur et lui rédiger une supplique, puis s’acquitter des frais d’inscription de 1 dollar 60, apporter une plaque minéralogique de chez vous et un cadeau, du genre paquet de clopes, chaussettes ou chemises en flanelle… ; puis vous avez un circuit codé, des balises qui sont des bouquins aux noms cocasses, et dont vous devez déchirer la feuille correspondant à votre dossard pour prouver que vous y êtes passé. Vous ne savez pas quand démarre la course, entre minuit et midi du jour J, et c’est avec une conque que Cantrell vous prévient qu’il reste une heure avant le départ. et à l’heure dite, c’est la clope au bec que Cantrell lance une course sans GPS, ni altimètre, avec pour seule aide technique votre passage à la fin de chaque tour à la barrière jaune de départ, et si vous abandonnez (ce qui est le cas de 99% des gens, soit d’épuisement, soit de blessures, soit d’hallucinations du fait de deux nuits sans sommeil) on vous joue une marche funèbre à la trompette et on se marre.

Franchement, j’en ai vu des courses déjantées, mais là, c’est quand même le pompon. Méga-kiff. -> https://youtu.be/UQmoxlUy33A
Bo Burnham: Inside, de Bo Burnham (2021) (+++). Ce n’est pas un documentaire, mais un « special » comme on dit, entre comédie musicale déjantée et concert type Tim Minchin.
L’homme qui cherchait son fils, de Stéphane Correa, Delphine Deloget (2020) (++) Terrible.

Alexandre Marius Jacob et les travailleurs de la nuit, d’Olivier Durie, Prod. Les films grain de sable (2011) (++). Ce n’est pas le documentaire en lui-même, mais le personnage qui est incroyable, et repousse les limites de l’interaction morale/politique.

Films

Compañeros (La noche de 12 años)  d’Alvaro Brechner (2018)  (+++). Ça relate l’enfermement de trois opposants à la dictature militaire uruguayenne : José Mujica (qui deviendra président de la République en 2010), Mauricio Rosencof et Eleuterio Fernández Huidobro (c’est l’ouvrage autobiographique de ces deux derniers, Memorias del calabozo, qui a servi de base au scénario). Très dur. Merci Delphine Toquet
Steve Jobs, de Danny Boyle (2015) (+). Détestable à souhait. Je n’ai aucune affection pour ce monsieur, qui d’idéaux assez gigantesques, a accouché d’une suite propriétaire incompatible au reste du monde, et d’une « vision » qui se veut libertaire, mais n’est qu’un argument de vente de façade.
Conjuring : les dossiers Warren, de James Wan (2015). Tout pourri. Déjà que les Warren étaient les pires démonologues de l’histoire. Je ne suis pas chaud de regarder le 2 car JMMA et Jérémy Royaux m’ont prévenu dans le balado 343 The Conjuring 2 / Le Cas Enfield
Effacer l’historique, de Gustave Kervern, Benoît Delépine (2020). (+) Grosse tendresse pour cet univers, mais bon… Un + pour la critique des GAFAM.
The Irishman, de Martin Scorcese (2019) (++). Tiré de I Heard You Paint Houses: Frank ‘The Irishman’ Sheeran and the Inside Story of the Mafia, the Teamsters, and the Final Ride by Jimmy Hoffa de Charles Brandt (traduit en français en « J’ai tué Jimmy Hoffa« , 2004, je ne lai pas encore lu)
Un homme en colère (Wrath of Man), de Guy Ritchie (2019). Gentillet. Je n’ai pas réussi à en tirer quoi que ce soit en terme d’esprit critique. C’est un remake du film Le convoyeur, de Nicolas Boukhrief (2004)
Désigné coupable (The mauritanian), de Kevin Macdonald (2021) (+++). C’est l’adaptation des mémoires Les Carnets de Guantánamo (Guantanamo Diary) de Mohamedou Ould Slahi, un Mauritanien détenu au camp de Guantánamo. J’ai feuilleté ces carnets, il y a quelques temps, mais je n’avais pas tout lu. J’en ai rêvé la nuit.

Dessins animés pour enfants

Je me suis fait :

Raya et le dernier dragon (2021), des studios Disney – où les héroïnes sont sympa. (+). J’ai un gros doute sur l’asia-washing qui est fait dans ce dessin animé
Inspecteur Gadget (1983), (+) que je trouve vraiment potable, d’autant que Sophie casse les codes sexistes avec son ordinateur sous le bras, et que Finot le chien, bien que non humain, joue un rôle crucial. Le méchant Mad est sûrement mon méchant préféré.
Ulysse 31 (1981) (+), qui garde une dimension tout à fait étonnante. La voix de Zeus (jouée par Jean Topart) restera dans ma mémoire pour la vie.
Signé Cat’s eyes (+) : là aussi, les héroïnes sont 1) femmes (stéréotypales, plantureuses. etc. mais quand même) 2) voleuses, et Quentin le macho de service passe vraiment pour un âne bâté. Je n’ai jamais lu le manga d’origine, de Tsukasa Hōjō.
Zorro, de Johnston McCulley (1957), où franchement il est difficile de garder quelque chose – je pense que la grossophobie a été cultivée dans ma génération par cette andouille de personnage de Sergent Garcia. N’ayant pas étudié l’espagnol avant un voyage au Venezuela, j’ai mis 30 ans à savoir que Zorro signifie « renard », mdr.
L’incontournable Scooby-Doo, dans sa version dessin animé de 1975-1980, de Iwao Takamoto &
Joe Ruby (+++). On m’a dit que les réalisations récentes n’étaient plus du debunking du paranomal, mais quasi l’inverse. Je n’ai pas vérifié. Vous noterez que Véra Dinkley a beau être le cerveau zététicien des épisodes, c’est presque toujours le blondin Fred qui conduit.

 

 

Bandes dessinées 

Le photographe, de Didier Lefèvre, Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier, Dupuis (2003-2006) (+++)
Dans un rayon de soleil, de Tillie Walden, Alice Marchand, Gallimard (2019) (++)
Iran : révolution, de David Alliot et Michel Setboun, Les Arènes (2019) (++)
L’affaire Clitoris, de Douna Loup, Marabulles (2021) (bof.. Un + pour le côté pédagogique, mais j’ai trouvé l’ensemble assez… comment dire… gnangnan ?)
Des souris et des hommes, de Rebecca Dautremer et John Steinbeck, Tishina (2020) (+++). Saisissant. Il y a ici une petite description de la BD et des citations de l’autrice.
La cuisine du diable, de Damien Marie et Karl T., Vents d’Ouest (2004-2008), tome 1 et 2 (++)

Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B, de Jacques Tardi, Casterman (2012) (+++). Relu pour la deuxième fois. On en profitera pour écouter « Une vie une œuvre« , 5 épisodes avec l’auteur légendaire (cf. plus haut)

Quantix – La physique quantique et la relativité en BD, de Laurent Schafer, Dunod (2019). Stéréotypal, un brin sexiste, une bd que malgré certaines qualités péda en physique je ne recommande pas vraiment.

La menuiserie, d’Aurel, Futuropolis (2016) (++). Très touchant.
Le chœur des femmes, d’Aude Mermillaud (2021) (+++), adaptation du roman de Martin Winckler alias Marc Zaffran qui lui aussi vaut ses trois +
Démon, de Jason Shiga, Cambourakis (2018) (++). Ça rend fou.

Blanc autour, de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert, Dargaud (2021) (+). Merci Leïla Schillings. Introduction d’une élève noire dans une école de Canterbury, en 1832. par l’institutrice Prudence Crandall. Histoire terrible, BD qui m’a laissé sur ma faim

Nellie Bly, de Carole Maurel & Virginie Ollagnier, Glénat* (2021) (+++). Elizabeth J. Cochrane, dite Nellie Bly (1864-1922). Invente le reportage clandestin en passant dix jours enfermée dans un asile d’aliénées et témoignant ensuite des sévices. 

* dirigée par Jacques Glénat, un champion de l’évasion fiscale, et ça a le don de m’agacer.

 

 

Leda Rafanelli, la gitane anarchiste, de Francesco Satta, Luca de Santis et Sara Colaone, Steinkis (2018) (+). Personnage sympa, BD qui m’a laissé perplexe
 

 

Pour enfants

Voici les meilleurs livres que j’ai lus à mes mômes cet été (8 et 3 ans) et que je trouve vraiment chouettes – et eux aussi.

Zack et Zoé, rencontre avec les extraterrestres, de Marius Nottet et Jean-Michel Abrassart (2021)  (+++)
Lewis Trondheim, Les trois chemins, Delcourt (2003) (+++)
Lewis Trondheim, Les trois chemins sous les mers, Delcourt (2003) (++)
Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire, par Lemony Snicket, hétéronyme de l’écrivain US Daniel Handler  (1999 -> ?) (++). On a lu les 4 premiers tomes.

Séries

Aucune. Je n’ai pas eu le temps.

 

Voilà, merci à toutes ces personnes qui me cultivent, et me permettent de transmettre un peu de leur savoir. Car le savoir sauvera le monde ! Prouvez-moi le contraire.

 

 

 

 

 

2 réponses

  1. tom dit :

    Merci pour toutes ces recommandations, j’ai rempli ma besace numérique. Petite coquille, le podcast « Doit-on s’inquiéter de la résurgence des pratiques ‘New Age’ ? » date du 20 juillet et non du 27.

    Quant au tickets resto Sodexo est un pur parasite issue du capitalisme. Du salaire privatisé en quelque sorte, spécifié et plafonné, ça s’accumule. Effet rebond (enfin pas vraiment), je donne au resto du cœur avec pour récupérer en réduction d’impôts.

    Seulement 2+ à l’épisode #509 de SC² (L’argumentation sur les questions socioscientifiques) ?

    Dans le diplo, les article de Juillet, « L’arnaque des entreprises responsables » de Laura Raim, et d’Août, « Aux États-Unis, le complotisme des progressistes » de Thomas Franck et « Au milieu de nulle part, sur le fleuve Paraguay » de Loïc Ramirez vous ont-ils marqué (moi oui) ?

    (oui je parcours l’article de haut en bas) Merci encore !

    • Merci !
      Oups, je corrige la coquille.
      Ticket resto Sodexo, je ne me suis jamais penché sur cela, mais j’ai la même impression que vous. Je ne sais pas qui en donne, quand, dans quelles circonstances ?
      2+ au n°509 de Scept scientifique, oui c’est ce que j’ai mis. C’est déjà pas mal ! J’ai hésité avec 3, j’avoue.
      Oui, les articles dont vous parlez m’ont interpellés, effectivement.
      Sodexo, j’ai hâte de lire le livre
      Merci Tom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.