Je compulse pas mal, et comme on me pose fréquemment la question, je livre ici mon matériel professionnel, du moins le must selon moi.
Ici, c’est la fournée du 10 mai au 3 juillet. Servez-vous. Je fais le tri dans ce que j’ai lu qui a un lien plus ou moins direct avec la pensée critique.

Sauf articles remarquables, je ne mets a priori pas les publis scientifiques. J’indique +, ++ ou +++ ma recommandation, sans toujours dire pourquoi, sauf si vous me demandez. Je n’indique généralement pas les trucs inutiles ou trop mauvais, histoire de ne pas vous faire perdre du temps.

Je dédie cette recension à André Sommermeyer, alias Dédé la saumure, documentariste contrarié, militant opiniâtre, webmaster impitoyable, tout ça réuni dans un chic type.

 

Livres

La fraude mystique de Marthe Robin, de Conrad de Meester, Cerf (2020) (+++) Impossible de passer à côté de cette remarquable enquête zététique posthume. Si vous n’avez pas le temps, allez voir mon résumé ici, ou optez pour le reportage en 2 épisodes d’Alexis Charniguet et François Teste dans Une histoire particulière, dans Émissions de radios, cf. plus bas).
In Tenebris, de Marie Benoît, Payot (2021) (+), livre issu d’un podcast du même nom. Il y a de chouettes parties, et des sujets très rarement abordés, et Marie m’a contacté pour certains points. Je regrette un cadre épistémologique très … “institut métapsychique”, si vous voyez ce que je veux dire. Du type “certes il n’y a pas de preuves, mais ça ne veut pas dire qu’on peut rejeter l’hypothèse paranormale comme ça“.
Antique zététique, de François Herbaux, Book-i-book (2021) (+). Agréable à lire. Un peu léger à mon goût. François est quelqu’un de fort sympa je l’ai déjà rencontré plusieurs fois.
Dr Saoud et Mister Djihad, de Pierre Conesa (R. Laffont, 2016). J’ai lu ce livre suite au Thinkerview du 16 avril 2021 (+++). Immensément riche et documenté, mais assez “brouillon” : truffé de phrases incisives, il perd en clarté, on dirait un peu moi, en plus talentueux et savant que moi bien entendu. J’ai dû relire plusieurs passages maintes fois pour trouver la ligne directrice de certains chapitres. Vous êtes prévenu·e.
Altruisme efficace, de Peter Singer, Les Arènes (2018) (+++). Oui, Singer a par aillleurs développé des opinions très discutables sur certains sujets. Mais là le bouquin est clair, et il bouscule. Tellement que je commence à me demander dans quelle mesure mes sujets de recherche doivent être réévalués à l’aune d’un altruisme efficace.
Troubles fonctionnels et somatisations, comment aborder les symptômes médicalement inexpliqués, de Pascal Cathébras, Masson (2006) (+++). Je mets 3 étoiles malgré le fait que l’auteur patauge dans la psychanalyse sur la fin, et que l’option psychogène est privilégiée dans le livre, ce qui le rend de fait illisible pour les gens en souffrance. Car le sujet est grave, important, les gens souffrent, et les covid “longs” arrivent, à côté des fibromyalgies, des spasmophilies, des EM, syndromes de fatigue chronique, colon irritable, autant de gens qui souffrent un maximum.
Dieu ma mère et moi, de Dominique Paris (++ très belle écriture, j’ai beaucoup aimé les questions de rapport à une mère protestante rigoriste, pardon, fondamentaliste, comme on m’a corrigé (je ne suis pas très convaincu par la nuance). L’autrice est pourtant une psychiatre psychanalyste, mais il n’y a pas beaucoup de freudisme dans ce bouquin. Merci Dédé pour cette découverte)
SPORT
Dopage aux Jeux olympiques, la triche récompensée, de Jean-Pierre de Mondénard, éditions Amphora, 1996
Dopage, l’imposture des performances, mensonges et vérités sur l’école de la triche, Chiron éditeur, 2000 (+)
Équipiers, de Grégory Nicolas, Hugo Poche (2020) (+). Très bien écrit, sur les “hommes de l’ombre” qui payent un lourd tribut pour une gloire qui ne leur vient jamais.
Au-delà des sommets, de Kilian Jornet, Arthaud (2020) (+). À ma grande surprise, le garçon est plus politisé que dans ses premiers bouquins – peut être dû aux diverses remarques reçues toutes ces années ? Et sa plume est bien plus étoffée (ce qui m’a amené un doute sur qui a tenu vraiment le stylo. La “marque” Jornet se vend suffisamment bien pour qu’on puisse envisager un prête-plume. Alors s’il y a un·e prête-plume, merci à lui/elle).

 

Je n’ai pas relu, mais j’ai prélevé les notes que j’avais prises il y a quelques temps dans

 

Karl von Frisch, Vie et mœurs des abeilles (1955) (+++, je crois que c’est réédité tout frais chez Albin Michel) (+++, remarquable sur le plan scientifique – oui, je sais je sais, le type n’était pas très très critique du national-socialisme).
Franck Daninos, CIA. Une histoire politique, 1947-2007 (Taillandier, 2007) (++)

 

 

Bouquins qui partent en sucette (mais ça fait partie de mon travail)

Exposé de M. A. Bovis au congrès International de Radiotellerie à Nice, 1935 (on peut le choper en pdf ici ou le lire en ligne là).
Les aimants guérisseurs, par le Docteur Albert Leprince. Je ne retrouve pas l’année de parution. Le texte est ici.
 

Dictionnaire infernal, de Jacques-Albin Collin du Plancy. Le titre exact est Dictionnaire infernal ou recherches et anecdotes sur les démons, les esprits, les fantômes, les spectres, les revenants, les loups-garoux… en un mot, sur tout ce qui tient aux apparitions, à la magie, au commerce de l’Enfer, aux divinations, aux sciences secrètes, aux superstitions, aux choses mystérieuses et surnaturelles etc. (1818). Voici le texte de la 6ème édition chez Plon, 1863 en intégral ici.

Jacques Collin de Plancy reprend ici le contenu du Petit Albert, au titre exact Secrets merveilleux de la magie naturelle et cabalistique du Petit Albert Enrichis de Figures mystérieuses; & la manière de les faire. J’en ai lu de gros passages, sur Gallica.
Soignez-vous par le vin, de Docteur Emmerick-Adrien Maury, médecin homéopathe et acupuncteur (pour le voir en vrai, plus bas, dans Vidéos)

Je ne résiste pas à vous donner ces bonnes nouvelles pour bien démarrer la journée.
  • Soigner la neurasthénie. Cru conseillé : Blanquette de Limoux, une demi-bouteille par jour en dehors des repas.
  • Soigner la vieillesse (sic!). Crus conseillés : vins rouges de la région d’Alose-Corton, vins blancs légers et secs type champagne. Un à deux verres au cours des repas, en alternant un jour rouge un jour blanc.
  • Cystite. Crus conseillés : vins blancs doux ou demi-doux de la région d’Anjou, un à deux verres par jour.
  • Dépression. Crus conseillés : vin rouge de la région de Médoc. Un a deux verres avant et pendant les repas.
De toute façon, comme dit l’autre, un bon médoc ça guérit tout.

  

Romans

Mélancolie, de Frédéric Pajak, PUF (2004). Magnifique.
Mémoire sur Michel Rio, par Séverine Carpentier, 1ère année IUT Métiers du livre (1993). Séverine officie dans le réseau municipal des bibliothèques de Grenoble, et a levé mon goût pour Rio quand elle a vu qui était le tocard qui ne rendait pas le livre qu’elle attendait (moi).
Blackstage, de Esther J. Hervy, Les presses littéraires (2016). Esther est une personne active des réseaux zététiques, je ne mets pas de + car le roman n’a rien à voir avec ce sujet-là.
Je viens de commencer Négo, de Laurent Combalbert (2020) (++). J’avais déjà entendu parler de l’auteur dans Négo, le podcast du même nom, en 5 épisodes, dont je vous ai parlé il y a quelques mois. Il y a des techniques de négociation développées in situ qui intéressera les fin·es psychologues parmi vous.

 

Journaux ou articles web marquants

Le blog d’Axel Kahn (++) À l’heure où j’écris ces lignes il est probable que Monsieur Kahn soit à la frontière du Styx, et c’est ce qu’il racontait dans ses derniers papiers. Un monsieur très attachant, digne (cf. radio À voix nue, plus bas) et dont j’ai utilisé plusieurs fois des extraits d’entrevues dans mes enseignements, en particulier vers 2007 ou 2008 quand il apportait ses lumières médicales à divers propos navrants de Nicolas Sarkozy – je les retrouverai sur demande. Sa fin de vie narrée rejoint mon étagère de celles et ceux qui m’aident à mourir serein : sur le sujet, Christopher Hitchens, Vivre en mourant (2012), Ruwen Ogien, Mes mille et une nuits (2012), Alexandre Marius Jacob, narré par Jean-Marc Delpech dans Voleur et anarchiste (2015, réédité je crois en 2019 mais je n’ai pas lu la dernière version). Voir aussi Herbert Fingarette, The meaning of life, A 97-Year-Old Philosopher Faces His Own Death, dont je vous ai parlé il y a quelques mois.

Crédit Bruno des Gayets

La revue Espèces, juin 2021. Il y a un super article de Tim Gallen et moi 🙂 sur le propre de l’humain, en toute objectivité. Ça s’appelle “Lavons le linge sale du propre de l’homme en famille” et je l’ai mis ici. Et je le trouve chouette et utile, alors je me permets de mettre +++ pour ce qu’a fait Tim (et le dessin d’Arnaud Rafaëlian)
La Hulotte, de Pierre Déom, n°110, Pierrot amoureux (2021), sur le moineau domestique (+++). Meilleure revue du monde.
L’enfant et son environnement, Dossiers thématiques Prescrire, 2015 (+++ Prescrire me l’avait offert en échange de quelques relectures)
De la menace du biais d’anthropomorphisme dans nos rapports moraux aux non-Humains, de Tim Gallen et moi-même, dans Les ateliers de l’éthique, 2021. Le texte est ici. Technique, mais je recommande +++
Moisson du Monde diplomatique de Juin 2021
Serge Halimi et Pierre Rimbert, Médias culpa (+++)Dominique Pinsolle, De Napoléon, à la Junte Birmane, l’art du coup d’état (++ -même si je ne sais pas pourquoi le Diplo s’entête à dire Birmanie, le nom colonial anglais, au lieu de Myanmar)Alain Gresh, Guerre sans fin contre les Palestiniens (++)Ian Urbina, En Gambie, sur les traces d’une odeur de poisson pourri (++)Remarquable dossier “La ville défigurée“, (+++) avec

  • Philippe Descamps, Ravages de l’automobilisme
  • Margot Hemmerich, Au nom de l’attractivité des territoires
  • Olivier Moret, Du rabais au bio, une offre segmentée
  • Philippe Baqué, GiFi ou le triomphe de la pacotille (sans mentir, j’ai lu cet article en sortant de mon premier GiFi, à Romans-sur-Isère, où j’avais acheté un câble pour charger mon téléphone avec un allume-cigare).

Christophe Jaffrelot, Covid-19, les causes du désastre indien (++, magnifique paragraphe d’intro)

Zhang Zhulin, Le funambulisme d’une humoriste chinoise (++)

Claire Lecoeuvre, Travailler moins pour polluer moins (++)

Renaud Lambert m’a encore tué sur la dette. J’ai lu Quand la dette fissure la gauche française, je croyais encore avoir compris, et je suis encore perdu (+)

Best phrase ever, de Pierre Rimbert, dans” Intersectionnel lave plus blanc”, à propos d’une campagne de la CIA que même l’Armée Française n’avait pas osé dans “deviens toi-même.com”. Je cite (page 23) :

“On imagine le soulagement des survivants yéménites apprenant que leur famille rassemblée pour un mariage a été pulvérisée par un drone intersectionnel”.

Le Postilon, numéro spécial été, avec son supplément (++)

Comment un service de police a industrialisé le contrôle au faciès, par Mathieu Molard, Street Press, 22 juin 2021 (++)

 

Émissions vidéo

Thinkerview

Brice Perrier : Covid, aux origines du mal, 3 mai 2021 (+++, même si je n’ai aucun avis clair sur l’origine du virus)

Benjamin Bayart et Marc Rees : Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? (+++, remarquable tant sur le plan pédagogique qu’intellectuel, merci Nicolas Vivant. J’en ai fait un petit article).

 

Barbara Stiegler (++). Comme pour son livre, je ne sais pas trop par quel bout le prendre, son propos. Néanmoins il y a un passage collector sur les universités, qui colle exactement à ce que je pense. De la minute 42’20 à 45’30 à peu près, que j’ai raboté au mieux pour les plus pressé·es -> télécharger , ou écoutez ci-dessous, et sinon regardez la vidéo en entier.

 

Papacito/ JLMélenchon sur YouTube
Je me suis fait une séquence de documentation sur l’affaire Mélenchon/Papacito, qui s’est révélée être le championnat du monde de la technique de l’épouvantail. Attention, c’est un exercice dangereux, il faut bien s’échauffer avant sous peine de se fouler la tête.

J’ai commencé par l’émission de RMC les Grandes gueules, 2022 Mélenchon out ? le 8 juin, qui

  • traitait (mal) de l’instrumentalisation présumée par Jean-Luc Mélenchon (JLM) des faits violences instrumentalisées juste avant les élections présidentielles,
  • puis instrumentalisait par la plupart des Grandes Gueules d’une version remaniée de ce que JLM avait dit
  • puis abordait l’instrumentalisation par JLM des propos instrumentalisés de Papacito et son collègue
  • et se terminait en un brouet instrumentalisant l’instrumentalisation par JLM de propos instrumentalisés de Papacito qui instrumentalisent les propos de JLM sur les violences instrumentalisées.

Alors j’ai été regarder dans l’ordre

  • ce qu’avait déclaré JLM sur pièces, le 6 juin, sur France Inter chez Ali Baddou. J’ai beau ne pas être totalement raccord avec la façon dont JLM tient son propos, on lui fait des reproches sur ce qu’il n’a pas dit.
  • Puis j’ai regardé le montage fait de JLM sur la vidéo de Papacito, dans l'”Intervention de Jean-Luc Mélenchon après les menaces de l’extrême droite“, sur la chaîne YouTube de l’homme politique. Et j’ai beau être pratiquement aux antipodes de Papacito sur le plan politique, JLM a son tour fait dire à Papacito ce qu’il n’a pas dit, et le montage est assez tendancieux. Disons que le nombre de choses discutables énoncées par Papacito est déjà tellement grand qu’il n’y avait pas besoin d’en inventer des fausses.
  • Alors j’ai été voir la vidéo de Papacito en entier, qui vaut le détour, au moins parce qu’elle a au milieu de trucs sordides de vrais morceaux de drôlerie caustique, de cette drôlerie qu’on retrouverait dans C’est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde (1992), qu’on ne peut pas mourir sans regarder. Il y a même des points (rares) avec lesquels je suis presque d’accord, comme le fait que dans les pensées progressistes, la question des armes, des forces de police, de l’armée ou de l’effondrement possible, sont souvent passées sous le boisseau ou restent un impensé.
  • J’ai ensuite été écouter Papacito expliquer sa démarche, ici, PAPACITO : RÉPONSE À MÉLENCHON sur VA +, la chaîne vidéo de Valeurs actuelles. Jusqu’à minute 25, c’est…disons… audible, et mérite qu’on s’y arrête (de même que ce que raconte Éric Zemmour ou Alain Soral mérite qu’on s’y arrête. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai lu quelques-uns de leurs bouquins aussi. Je recommande de prendre quand même de fortes doses d’anti-histaminiques). Après la minute 25, ça part en quenelle, et on comprend bien que la drôlerie et le sens de la punch-line abrite une pensée assez tragique.

Ma modeste conclusion ? Elle est en quatre morceaux.

  1. Il faut toujours juger sur pièces
  2. Paul Couderc écrivait : “Un astrologue ne saurait avoir le privilège de se tromper toujours !“. Je dirais qu’un type d’extrême droite non plus.
  3. Corrélation n’est pas causalité. Que ce soit sur l’usage des bombes de Hiroshima et Nagasaki, sur la féminisation des hommes, sur les “musulmans violents”, le raisonnement de Papacito fonctionne par des raccourcis tellement énormes qu’il relègue les trous de ver de l’espace-temps d’Einstein et Rosen au simple rang de trou de vrillette dans une porte de jardin.
  4. Principe de charité modérée : ce n’est pas parce qu’on est à l’opposé des pensées de quelqu’un qu’il faut grimer ce qui est dit – et je dirais même : au contraire. Théoriquement, la fausseté se suffit à elle-même. Comme disent les météorologistes, qui veut noyer son chien l’accuse de l’orage (alors que tout le monde sait que ce sont les chats les fautifs. Tiens, d’ailleurs, il pleut).

INA, le docteur Maury

Comme j’ai lu le livre du Docteur Maury sur le vin, j’ai regardé sa founche sur les archives de l’INA, et on le voit ici avec Stéphane Collaro. Pour les plus jeunes : réjouissez-vous, vous avez échappé aux émissions de S. Collaro, type Cocoricocoboy, que j’adorais quand j’avais 8 ans, officiellement pour le Bébète show, officieusement pour sa playmate en fin d’émission qui se dénudait pour des raisons qui laisseront perplexe toute personne sensée, si si je vous jure, autant dire que je pars de loin. Collaro deviendra sarkozyste, et son partenaire Jean Roucas se ralliera au Front National, ce qui enterrera sa carrière dans le show-business. Bref, Collaro fait une entrevue, avec Maury.

 

Émissions de radio

Rends l’argent, de Titiou Lecoq, sur Slate (+++). Recommandation maximale de ce podcast, qui détricote argent, sexisme, prise en charge sociale, justice, parentalité, banques…. Je vais le réécouter de peur d’avoir oublié des choses.

Le coeur sur la table, de Victoire Tuaillon, Binge audio

  • #8 devenir chèvre (+++) sur notre rapport au corps

Légitime violence, par Sarah Lefèvre, Pierre Chaffanjon, Charlie Dupiot et Ivan Vronsky du label Convergence (+)

Série d’une dizaine d’épisodes très courts sur les différents acteurs/trices des actions Gilets Jaunes (++).

C’est arrivé demain, de Frédéric Taddeï

  • Carlos et Carole Ghosn (je n’ai aucune affection pour ces gens, mais l’histoire de leur arrestation, puis la rocambolesque évasion, ça me laisse pensif, et j’intuite que puisque tout est généralement bien plus compliqué que ce que j’aimerais penser, alors en pensant contre moi-même, je mets +. Mais rien que le train de vie du mec, par rapports aux pauvres prolos qui bossaient sous sa houlette mériterait un châtiment puissant)

Le grand jury, RTL

  • Nicolas Dupont-Aignan (++, pour l’excellent exercice d’analyse du discours qu’il offre)
  • Marine Le Pen (++, idem, avec en outre des problématiques morales sur les mineurs étrangers, entre l’accueil inconditionnel ou conditionnel et le coût réel, amplifié par Madame Le Pen, de leur accueil qui pèse sur la société)

Altruisme efficace France

  • Comme j’ai lu le livre Altruisme efficace de Singer (cf. plus haut), j’ai été laisser traîner mon oreille ici, “Psychologie motivationnelle et altruisme efficace“, 2 avril 2021 (++)

Le Tchip, par Mélanie Wanga, Kévi Donat et François Oula, Binge audio

  • #31 Judas and the Black Messiah (++) qui m’a donné envie de regarder le film (voir mon article sur le sujet)
  • #33 Unpopular opinion : sur le film Get Out et sur Napoléon, j’ai trouvé ça vraiment très pertinent, et le passage sur Napoléon rappellera aux plus attentif/ves mon modeste cours sur l’histoire et ses dévoiements, avec “notre notre ignorance de Toussaint Louverture savamment documentée” (citation de Sudhir Hazareesingh par Kévi Donat dans l’émission).

Voici l’extrait en question (télécharger ou écouter ci-dessous)

Paris noir, de Kévi Donat (celui qui cause de Napoléon dans le Tchip lignes précédentes)

  • épisode 2 : Rokhaya Diallo et le coût de la Liberté (+++)

Y est fait mention de cet extrait de l’émission 28 minutes, dans laquelle Pascal Bruckner montre une certaine sénescence intellectuelle.


Sexe Oral, par Lysandre et Joanie Studio SF

  • Les deux copines du Québec m’ont bien fait rire, J’en ai écouté 4 (trigger warning : ce n’est pas vulgaire, mais c’est cru, alors si vous n’êtes pas à l’aise avec vos replis et excroissances, passez votre chemin). Entre nous, je recommande l’épisode “Dompter anal” (++, c’est de l’empirisme bien mené, j’ai bien rigolé).

Le Monde des espions, saison 2 : les nouveaux corsaires, France Culture

  • Les auxiliaires privés du renseignement français, par Philippe Vasset et Pierre Gastineau (+++)

Concordance des temps, de Jean-Noël Jeanneney, France Culture

  • Le dimanche, repos depuis toujours, avec Alain Corbin, 3 juin 2009 (+++)

Carbone 14, de Vincent Charpentier, France Culture

  • Les Gaulois à l’œil nu (+)
  • La plus ancienne carte en Europe est-elle bretonne ? (++)

Émotions, d’Adèle Salmon, Louie Meda

  • Comment les émotions de nos ancêtres nous construisent (+). J’ai eu beaucoup de mal avec cette émission. Autant il y a des choses en lien avec l’épigénétique qui étaient bien traitées (même si très raccourcies – je renvoie à l’émission d’Ameisen, cf. plus bas, plus fournie), autant de voir qu’encore de nos jours on va demander son avis à une psychanalyste, aussi gentille soit-elle, ça me… brasse. Comme je l’ai écrit plus haut, ce faisant on sert la soupe à un cadre conceptuel fraudé, sexiste, décadent, homophobe, bref, je ne vois pas ce qu’il y a à gagner à perfuser du freudisme partout. On n’est pas loin des théories en carton de Madame Schützenberger, psychogénéalogie, constellations familiales, et je pense qu’il vaut mieux éviter ces cul-de-sacs gros générateurs de souffrance.

Activistes, d’Esther Meunier (aka. Esther Reporter) et Clémence Bodoc, Acast

  • Marie Albert, un survivor tour (+)

Affaires sensibles, par Patrice Drouelle, France Inter

Je continue à penser que cette émission est vraiment du mauvais journalisme, et je crois que je ne l’écoute que pour deux choses : pouvoir en discuter avec mes ami·es qui l’écoutent, et jouir de la voix de P. Drouelle, c’est tout. Même Patrick Pesnot m’a fait peine dans son épisode sur les ensorcelés du Berry. On se croirait chez Jacques Pradel dans Les aventuriers de l’étrange.

  • Le fantôme du château de Veauce (consternant)
  • Nuit de terreur, nuit de panique, la tragédie du col Dyatlov (il y a moins d’infos que ce que mes étudiant·es me ramènent en 30 secondes)
  • Les ensorcelés du Berry. Philippe Alfonsi et Patrick Pesnot sont les auteurs d’un livre référence sur ce sujet, intitulé « L’œil du sorcier », réédité aux éditions De Borée en 2011.

Baleine sous gravillon (BSG), Ausha

  • s2ep39 & s2ep40 Araignées, avec Christine Rollard arachnologue, qui a déjà eu la bonté de répondre à des étudiant·es que je lui envoyais.

Podcast fort sympathique. Ici, ce sont des épisodes assez anciens, et je pense que les petites boulettes du présentateur sur l’évolution ne sont plus de mise. Dans l’intro par exemple : “les araignées sont de pures génies” (?) “incroyablement ingénieuses”, “au fil de l’évolution se sont transformées en fourmi”, et plus tard, dans l’épisode 2, les araignées fabriquent des soies “pour”… . Comme dit mon collègue Julien Peccoud, quand j’entends “pour” en biologie, je sors mon revolver (car il s’agit de téléologie. Pour en savoir plus, vous pouvez zieuter mon cours dur la biologie et ses dévoiements, en ligne sur Peertube et YouTube).

  • j’ai écouté l’épisode 122, qui présente l’équipe, salutations à Lisa

LSD, la série documentaire, France Culture

  • Le triomphe du best-seller (+)

À voix nue, France Culture

  • Axel Kahn, 5 épisodes. J’ai écouté ça après avoir pris connaissance de son état clinique désespéré (mais serein) et avoir lu des bouts de son blog très touchant (cf + haut).
    Le 3 aborde le suicide de son père, ça m’a fendu le coeur.

C’est un complot ! de Christophe Bourseiller, TF1

  • réécouté “le Rock a été inventé en laboratoire”, parce que je ne connaissais pas ..

Camille, de Camille Regache, Binge Audio

  • Guide de la parentalité queer (1) et Être parent dans un monde hétéro (2) (+++)

Ces deux épisodes sont une entrevue avec Gabrielle Richard, sociologue. Elle décrit exactement ce que la maman de mes enfants et moi-même tentons de faire : une éducation queer. J’ai fait écouter un gros morceau de l’épisode 1 à ma gamine de 8 ans, et c’est passé. De l’excellent matériel, je trouve.

Comprendre le monde, de Pascal Boniface

  • S4#38 François Cailleteau : « guerres de contre-insurrection, guerres perdues ? » (+++, au point que je vais aller lire ce monsieur, bien que je ne crois pas partager beaucoup de prémisses politiques avec lui)
  • S4#34 Jean Baubérot, la laïcité faslifiée (+)

Fenêtre sur cour, d’Élise Costa, Arte Radio

  • Le pull-over rouge, 30 ans après (+)

Grand reportage, RFI

  • Agriculture en France : quand les jeunes prennent la relève (+)
  • Ardèche : quand l’industrie résiste en zone rurale (+)

L’actu des luttes, radio parleur, Ausha

  • Super-hôpitaux : mobilisation contre les futurs « mastodontes » du soin (++°

L’invité des matins, France Culture 

  • Éditer Hitler, comment désarmer le passé (+), je n’ai écouté que parce qu’on me l’a demandé. Mon avis : il faut publier un maximum, toutes les opinions (dans le cadre légal), et les assortir d’introductions pédagogiques.

Un podcast à soi, par Charlotte Bienaimé, Arte Radio

  • #26 Prendre soin, penser en féministes le monde d’après (+++)

Marvel la fabrique des super-héros, par Charline Roux, France Inter, 7 épisodes

  • Si le reste est assez convenu, l’épisode 3 m’a fait rire car il aborde avec tact un truc scientifique assez enseigné et pourtant mal compris : pourquoi les fourmis n’ont pas besoin de grosses pattes, tandis que les éléphants, si. #3 sciences et super-pouvoirs, entre réalité et fiction (++)

Je regrette qu’encore une fois, notamment dans l’épisode 7, psychologie des héros Marvel, les personnages sur le divan, on confonde psychologie clinique et psychanalyse. Ce faisant on sert la soupe à un cadre conceptuel fraudé, sexiste, décadent, homophobe, bref, je ne vois pas ce qu’il y a à gagner à perfuser du freudisme partout (entendre que le marteau de Thor est un symbole phallique, ok, je suis bien avancé, je me sens libéré… délivré !).

La fabrique médiatique, de Chloé Cambreling, France Culture

  • Immersion au quartier général de la folie, avec valentin Gendrot, immersion de 15 mois dans les urgences psychiatriques de la Préfecture de Police de Paris (+)
  • L’empire, Comment Vincent Bolloré a mangé Canal + (++)

La suite dans les idées, de Sylvain Bourmeau, France Culture

  • De la longue inertie du racisme « scientifique », avec Delphine Peiretti-Courtis avec Corps noirs et médecins blancs (+++) très utile pour mon cours sur le détournement des sciences biologiques.

Le grand oral des Grandes Gueules, RMC

(là aussi, c’est pour m’entraîner à penser contre moi-même, parce que des fois, mes oreilles souffrent)

Le tour du monde des idées, Brice Couturier, France Culture

  • Qanon ou le complotisme d’un nouveau genre (+)

Le vif de l’histoire, de Jean Lebrun, France Inter

  • Les noms de rue gagnent des prénoms féminins (+)

Les Nuits de France Culture, de Philippe Garbit

  • Les Bougnats, 1974 (++), très belle plongée sociale
  • Le 3ème œil 1 à 5 (+++) ça c’était extraordinaire ! Zététicien·nes, foncez !

Les pieds sur Terre, de Sonia Kronlund, France Culture

  • Journal breton : Marilia Petite (+)
  • « Enceint », documentaire de Clémence Allezard, réalisé par Clémence Gross (+)
  • Ceux qu’on appelle « black bloc » (+)
  • Le coût du ticket et le prix de la fraude (+)
  • L’homme-chevreuil, sur Geoffroy Delorme, l’homme qui annonce, dans un livre publié aux Arènes en février 2021, avoir vécu 7 ans avec les chevreuils. Sonia Kronlund met de suite en garde sur les doutes persistants sur cette histoire. Je ne ne suis pas expert des cervidés, à la rigueur “quart d’expert” : fréquentes observations de chevreuils (du fait de la course d’orientation et la course de montagne), amitiés rares mais réelles avec des chasseurs, amitié avec Cyrille Barrette, le plus grand expert sur les cervidés que je connaisse (c’est son métier), lectures, et dissection : j’ai disséqué trois chevreuils). Mon quart d’expertise me rend suspicieux sur quelques points.
  • Je suis resté perplexe devant “Les boules de geisha”, “Les disparus volontaires” et “Le tueur de lapins”

Mécaniques du journalisme, par Elise Karlin, Pierre Gastineau et Philippe Vasset, France Culture

  • Les empoisonneurs de Navalny (4 épisodes) (+++) remarquable ! La méthode de Belingcat racontée.

Podcast science

  • épisode 448 réveil en coup de fouet (++, en particulier sur le sommeil hémicérébral des oiseaux)
  • épisode 449 Alerte, épisode rouge (+)

Programme B 

  • La guerre peut-elle être belle ? (++) Maële Diallo et Gabriel Coutagne se posent la question éthique et esthétique des photos des correspondant·es de guerre
  • Affaire Troadec, or, rage et désespoir (+) Thomas Rozec interroge François Rousseaux, auteur de Pour tout l’or du monde (éd. Fayard, 2021) que je n’ai pas lu.
  • Les moutons se sont pendus, trois épisodes de Thomas Rozec sur une affaire d’envoûtement (++)

La méthode scientifique, de Nicolas Martin, France Culture

  • Linguistique intérieure : qui me parle ?, 1 juillet 2021 avec une locale pour moi, Hélène Loevenbruck
  • Je doute donc suis-je ? (+, je me suis ennuyé)
  • Entrevue avec Neil deGrasse Tyson, grande figure sceptique ! Je fus fort déçu, à part une ou deux bonnes vannes (du genre “quel message enveriez-vous à des Extraterrestres ?” — Tyson : “Help us ! (aidez-nous !)

Rendez-vous avec X, de Patrick Pesnot, France Inter

  • J. Edgar Hoover, le patron du FBI, 1 et 2 (+++)
  • La guerre de Corée épisode 1 (+++)
  • LA crise des missiles à Cuba (+++)

Secrets d’info, Jacques Monin, France Inter

  • Projet Cartel : au Mexique, pour les journalistes, le silence ou la mort
  • les puissants réseaux de la banque Delubac
  • Les réunions non mixtes de l’UNEF
  • Le soja est-il si bon que ça pour la santé ?
  • Barbouzes, francs-maçons et crimes en série : plongée
  • La santé, nouveau terrain de jeu des pirates informatiques

Superfail, de Guillaume Erner, France Culture

  • La déradicalisation : une fausse bonne solution (+++). Je ne peux m’empêcher de me réjouir de n’avoir, avec mes collègues du CORTECS, pas hurlé avec les loups en 2015. Et je ne peux pas m’empêcher de penser que Gérald Bronner a été un peu gonflé de faire un livre – Déchéance de rationalité, que j’ai lu – sur l’échec de la déradicalisation, lui qui l’avait tant soutenue, reconnaissant à peine du bout des lèvres d’avoir été l’une des dupes de ce processus. On se demande ce que deviennent tou·tes les pseudo-expert·es improvisée·es de l’époque, Dounia Bouzar et autres.
  • Chute du téléphérique à Stresa (+)

Sur les épaules de Darwin, de Jean-Claude Ameisen, France Inter

  • Une hérédité des caractères acquis ? (+++)

Théâtre et compagnie, France Culture

  • « La diaspora des cendres » : textes sur la Shoah réunis par William Karel (merci Antoine Agasse – prendre un antidépresseur avant d’écouter, c’est terrible). Oui, c’est le Karel de Opération Lune (2002, +++) dont je me suis tant servi en cours, ainsi que des documentaires sur La Cagoule, Les hommes du Pentagone, CIA guerres secrètes, (speciale pensée pour Donald Rumsfeld qui est mort la veille que j’écrive ces lignes) etc. William si vous me lisez, ce qui est peu probable : merci !

Une histoire particulière, France Culture

  • Marthe Robin, une sainte invention, reportage en 2 épisodes d’Alexis Charniguet et François Teste (+++)

Épisode 1 : Le bon dieu sans confession ? (Télécharger ou écouter ci-dessous)

Épisode 2 : La vérité sans concession ? (Télécharger)

  • Gabrielle Russier, mourir d’aimer (2 épisodes) (+)
  • La paresse est l’avenir de l’homme (2 épisodes) (+)

6001 mots, Ausha

Le Poditeur, journal

  • mai 2021 (+)

EN ANGLAIS

Skeptoid, de Ryan Dunning

  • #778 & 779 How Pyramids were (and were not) built 1 et 2 (++)
  • #780 CBD for Everything (++)

The thinking atheist, de Seth Andrews

  • The atheist handbook to the Old Testament (with Dr. Joshua Bowen) (++)
  • Fall River : Death and the Devil in a Massachussets town (+) ça m’a donné envie de voir la série documentaire Fall River, et la saison 2 de Mindhunters que je n’avais pas fini (et que je recommande pour les féru·es de psychologie dans les débuts de la discipline)
  • Scientology and the Danny Masterson Trial (++) : où on découvre que lorsqu’une personne est violée dans l’Église de Scientologie, on cherche non à punir le coupable, mais à voir dans le passé et les vies antérieures de la personne les raisons qui pourraient expliquer pourquoi elle a été violée, et en vous piquant des sous au passage !

 

SPORT

Dans la tête d’un coureur

  • L’ultra va-t’il trop loin ? (Barkley, Tour des Géants, déca-Ironman) (+)
  • Le point de côté (+)
  • Podologie du coureur : ce que vos pieds disent de vous (+)
  • Les facteurs clés de la performance (++)

Le gladiateur, documentaire d’Antoine Molkhou & Julien Veniel, Arte radio

sur le combattant Norman Lasker aka Paraisy (+++)

Les pieds sur Terre, de Sonia Kronlund, sur France Culture

  • Le sport comme une drogue (+)

Spotzle, gravel et backpacking

J’ai écouté sur les conseils de mon pote Julien Lévy quelques épisodes, dont celui sur Sofiane Sehili pour me faire une idée de la démarche, et j’ai fait pareil avec le podcast anglais, ligne suivante

Bikes or death, de Patrick Farnsworth

MUSIQUE

Des années 60 à nos jours, d’Artigau

  • Robert Johnson, Le musicien qui rencontra le diable (+)

Les chemins de la philosophie? France Culture

  • Raphaël Imbert, jazzman 14 mai 2021 (+) (merci Dédé la saumure)

Very Good Trip, de Mishka Assayas, France Inter

  • Tom Jones, le meilleur et l’inattendu (+++). Ça aussi, c’est penser contre soi-même. Je connais un masseur-kinésithérapeute de mes amis, qui adore Tom Jones, et moi je me revois ricanant bêtement. Après une émission pareille je ricane moins.

 

Documentaires

Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, de Marie Portolano et Guillaume Priou (2021) (+++). J’ai beau être averti, c’est terrible.
La guerre des gangs, de Eric Merlen et Frédéric Crotta (2021) (++), j’en ai fait un article là.
Searching for sugar man, de Malik Bendjelloul (2012) (+++). Troisième fois que je regarde ce documentaire (oscarisé), et je suis terrassé de voir la puissance des chansons sur la psyché humaine. Les rares fois où j’ai vraiment pensé que Dieu existait, ce n’était pas à l’église ou au temple, non, c’était en écoutant des skeuds, incapable de retenir mes larmes. Le réalisateur suédois Malik Bendjelloul s’est suicidé peu après, en 2014, et je ne sais pas vraiment pourquoi. En attendant, j’écoute les albums de Sixto Rodriguez.
Anvil! The Story of Anvil, de Sacha Gervaisi (2008) (++). Recommandé par Nicolas Vivant, ce documentaire est poignant, et montre l’opiniâtreté de certains artistes, et le caractère un peu contingent de la réussite. D’aucun·es m’ont demandé s’ils étaient l’inspitration du film This is Spinal Tap, de Rob Reiner (2000). La réponse est manifestement non. J’ai d’ailleurs pensé au très touchant documentaire Lemmy, réalisé par Greg Olliver et Wes Orshoski en 2010 et que m’avait conseillé Olivier Dufour à sa sortie, sur Ian Fraser Kilmister alias Lemmy, le chanteur de MotörHead, vous savez, 51% motherfucker, 49% son of a bitch. Sauf que Motörhead a bien marché, Anvil non.
Wild wild country, j’ai enfin fini ce documentaire de six heures et je ne regrette pas une seconde de l’avoir regardé tant la plongée dans le mouvement Rajneeshi / Osho est stupéfiant, avec attaque batériologique, etc. (+++). Encore merci Rony Boulet pour la recommandation.
L’homme qui cherchait son fils, de Stéphane Correa, Delphine Deloget (2020) (++)

Bo Burnham: Inside, de Bo Burnham (2021) (+++). Ce n’est pas un documentaire, mais un “special” comme on dit, entre comédie musicale déjantée et concert type Tim Minchin.

Films

The end of the tour, de James Ponsoldt (2015) sur David Foster Wallace, cet auteur OVNI qui s’est suicidé en 2008 (un seul + pour ce qui nous concerne ici, mais film très intéressant au demeurant, et son bouquin sur l’infini, dont j’ai parlé ailleurs, est vraiment étonnant)
Judas and the black messiah, de Shaka King (2021) (+++, j’en ai fait un article avec mise en contexte ici.
The United states vs. Billie Holliday / Billie Holliday, une affaire d’État, de Lee Daniels (2021) (+). Même si le film n’est pas folichon à mon goût, je vois deux points “critiques” sympas : la remise en contexte de la chanson Strange fruit, qu’il faudrait ne jamais oublier ; la vie souvent misérable et junkie des jazz(wo)men de cette époque et la pression que la police et les fédéraux exerce sur eux – thème qu’on voit dans d’autres films comme Ray, de Taylor Hackford, de 2004 sur la vie de Ray Charles, ou Green book, sur les routes du Sud, de Peter Farrelly, de 2018 sur la vie du pianiste Don Shirley ; j’ajouterais juste le plaisir de voir Andra Day chanter, et interpréter Billie, qui fut bien plus rebelle que beaucoup d’autres chanteuses noires plus “conciliantes”.
The Courrier / Un espion ordinaire, de Dominic Cooke (2021) (+++). Sur l’Affaire Penkovsky/Wynne et la crise des missiles à Cuba. Remarquable. Pour aller plus loin, deux épisodes sur la crise des missiles dans Rendez-vous avec X de Patrick Pesnot.
La rançon de la gloire, de Xavier Beauvois (2014), avec Benoît Poelvoorde et Roshdy Zem (+). J’ai regardé ce film car il adapte l’histoire vraie de deux mécaniciens auto, le polonais Roman Wardas et le bulgare Gantscho Ganey, qui avaient chourravé le cerceuil (plein) de Charlie Chaplin pour demander une rançon. Cela m’a fait écho à l’histoire du vol de cerceuil du Maréchal Pétain, dont j’avais causé dans mon conseil de matos d’avril. Pour aller plus loin, Le vol du cercueil du maréchal Pétain, dans Affaires sensibles, 5 mars 2021 () : un commando de six mecs d’extrême-droite, dirigé par le candidat à la présidentielle de 1965 Tixier-Vignancourt, tente de chouraver la dépouille du maréchal à l’île d’Yeu pour la « réhabiliter » selon les vœux de Pétain à l’ossuaire de Douaumont, près de Verdun.
Effacer l’historique, de Gustave Kervren et Benoït Delépine (2020). Aucun intérêt pour notre propos, sinon une dénonciation de l’innumeracy et cet extrait qui me fait mourir de rire, avec Corinne Masiera, qui geule “Fuck les GAFAM” (et un autre truc incommpréhensible pour moi, si quelqu’un·e sait…) ci-dessous.

 

Bandes dessinées 

Les funérailles de Luce, de Benoît Springer, Vent d’ouest (2007) (+++). Troisième fois que je la lis. Elle me tue, je suis bouleversé à chaque fois. J’ai une pensée pour l’un de mes collègues qui a perdu dramatiquement sa fille, appelée aussi Luce.
Il était une fois en France, de Sylvain Vallée, Fabien Nury et Delf (+++). Là encore, troisième fois que je lis ces 6 tomes. Je trouve cette BD stupéfiante.
Le sauveteur (Sosakusha), de Jirō Taniguchi, Sakka Casterman (2000) (+). Marrant, je lisais cela, au moment où Marc Rees, dans Thinkerview (cf. plus haut) recommandait de lire Taniguchi ! Je n’ai jamais trouvé que c’était majeur à ce point, pourtant j’en ai lu quelques-uns.
Ces jours qui disparaissent, de Timothé Le Boucher, Glénat (2017). Je n’y ai trouvé aucun intérêt, ni en terme critique, ni à titre personnel.

 

BD pour enfants

Je me rends compte que j’aurais dû créer cet onglet depuis longtemps. Voici les livres que j’ai lus à mes mômes (8 et 3 ans) et que je trouve vraiment chouettes – et eux aussi.

La collection des 3 premiers tomes de Zack et Zoé zététiciens de mon collègue JMMA jean-Michel Abrassart et Marius Nottet. Le 4ème est en route (+++)  
L’arbragan, de Jacques Goldstyne (2015). J’ai acheté ça (et les deux suivants) à mon retour d’un trip solitaire dans les Laurentides en 2016. C’est ma pote montréalaise Dominique Lynch-Gauthier qui me les avait recommandés (à raison ! c’est magnifique, même si aucunement en lien avec le scepticisme)
L’autobus, de Marianne Dubuc, éd. comme des géants (2014) (++,)
Toutes les “bibittes” et autres bestioles d’Élise Gravel, ça va du pou à l’araignée. Un must ! Qui réhabilite les animaux mal aimés (+++)
Crasse-tignasse (Der Struwwelpeter), du psychiatre Heinrich Hofmann (1858). Depuis que mon amie et ancienne collègue Guillemette Reviron m’a montré ça, je ne m’en suis pas remis. Sur le plan moral c’est sans pitié (+++)
L’atroce abécédaire de Joann Sfar, Bréal (2003). Pas fan de ce que fait Sfar (sauf sa BD Le chat du Rabbin), mais ça, ça me plaît (+)

 

Séries

Small Axe, de Steve McQueen (II) épisodes 3 et 4, je reviens un peu sur ce que je disais recension précédente,  finalement ça prend forme (++ pour le contre-point historique du racisme anti-antillais en Grande-Bretagne)
J’ai commencé Sweet tooth, de Jeff Lemire (2020). J’ai vite renoncé au bout d’un épisode et demi. Peut être que ça vaut le détour pour les enfants ? Je ne saurais dire.
After life, saison 2 (+++). J’ai achevé la saison 2. Remarquable. Je vous mets ci-dessous un extrait de la saison 1 épisode 3 pour la route.

 

Voilà, merci à toutes ces personnes qui me cultuvent, et me permettent de transmettre un peu de leur savoir. Car le savoir sauvera le monde (prouvez-moi le contraire).

 

 

 

 

 

2 réponses

  1. Kad dit :

    Juste pour dire : Merci Beaucoup..!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *