Je partage mon coup de cœur pour ce type, qui dirigea le Canard enchaîné jusqu’en 2012 – il continue à y faire une chronique encore aujourd’hui, à 88 berges.

Je l’aime bien parce qu’il a soulevé des affaires retentissantes, comme celles des écoutes de son journal par la DST (affaire dite du Watergaffe, 1973), ou celle des Diamants de Bokassa, dont Giscard d’Estaing a eu du mal à se relever. Je l’aime bien car sa parole est chaude, fluide, caustique. France Culture l’a interrogé cinq épisodes durant, fin février 2020, dans « A voix nue ».

Si vous n’avez pas le temps, j’ai concocté un mix de deux petits bouts de l’épisode 5 qui m’ont ravis, dont un sur Alain Duhamel, l’un des grands chiens de garde de la pensée. Simple, court, efficace : c’est là.

Extraits

Si vous avez le temps, alors soit vous allez en ligne ici : https://www.franceculture.fr/emissions/series/claude-angeli-le-canard-et-la-plume, soit vous vous servez ici-même.

Angeli lui-même minimise l’impact du Canard. « Si nous avions un tel pouvoir, écrit-il dans son livre Tout et son contraire, il est évident que les articles seraient suivis de commissions d’enquêtes parlementaires ou de procès alors que ce n’est pas le cas« .

Merci pour le boulot abattu cher Monsieur.

  • épisode 1

Claude Angeli, le Canard et la plume (1/5) : Claude Angeli : « La naïveté était ma qualité première »

  • épisode 2

Claude Angeli, le Canard et la plume (2/5) : La vocation du journalisme

  • épisode 3

Claude Angeli, le Canard et la plume (3/5) : Dans les coulisses du Canard enchaîné

  • épisode 4

Claude Angeli, le Canard et la plume (4/5) : Le Canard enchaîné face aux mutations de la presse

  • épisode 5

Claude Angeli, le Canard et la plume (5/5) : Une liberté à défendre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.