Petite promenade mentale.

Cette nuit, insomnie, alors je lis le N°494 & 495 de « Mouvements religieux« , le journal modeste et génial de Bernard Blandre, auquel je suis abonné. Bernard Blandre est le cofondateur de l’Association d’étude et d’information sur les mouvements religieux (AEIMR), qu’il anime depuis huit lustres, soit 40 ans   .

Page 10, est exposé l’histoire d’une dérive sectaire étonnante, les Enfants de Dieu, alias la Famille, fondée au début des années 1970 par un certain « Moïse » David Brandt Berg dit « David-Moses », ou « Mo », ancien pasteur méthodiste, puis de l’Alliance Chrétienne Missionnaire.

Il s’agit d’un mélange détonnant et très pyramidal d’antisémitisme, de haine des parents et de sexualité pédophile. Je reviendrai sur la sexualité. Concernant l’antisémitisme, David-Moses était quand même original : outre nier les chambres à gaz, croire au complot des Sages de Sion, dire que les Juifs sont l’Antéchrist, ou qu’ils sont la cause de la 2ème guerre mondiale, le bon penseur était en outre persuadé que les Sionistes avaient instrumentalisé Hitler pour qu’il force les Juifs européens à émigrer en Palestine, et c’est quand Hitler s’en est rendu compte qu’il… s’est suicidé. Quant à la haine des parents : ceux-ci sont communément appelés les 10:36, en référence au verset 10:36 de l’Évangile selon Matthieu : « L’homme aura pour ennemis les gens de sa maison« . En France, le mouvement avait été importé en 1971-72 par le hippy Joseph, qui recruta largement par le truchement de chansons, comme « Redeviens un bébé« , 33 tours diffusé massivement dans les médias, ou « Dance dance », en 1975. Trigger warning : tant les paroles que le style peuvent entraîner une naupathie (surtout la première, quand elle est jouée de manière impromptue sur un plateau télé, comme dans ce lien-ci).

En 1974, le Charity Fraud Bureau de l’État de New York avait commandé un rapport sur le mouvement, appelé rapport dit Wallenstein, qui fut tellement accablant qu’il amena à la dissolution du mouvement en 1978. En France, le mouvement fut lui aussi condamné pour racolage et prostitution. En effet, Monsieur Berg, dans son immense finesse, avait élaboré une technique d’hameçonnage de nouveaux adeptes au moyen du flirty-fishing, ou prostitution dite « missionnaire » : certaines jeunes femmes et jeunes filles étaient encouragées à user de leur charme aux fins d’attirer de nouveaux adeptes et/ou d »influer sur certains décideurs influents (qu’on présume hommes hétéros). « Pas de soutien-gorge ! », explique Berg lui-même. « Des chemisettes transparentes ! Montrez vos atouts ! C’est en cela que consistent les hameçons… Ils doivent tomber amoureux de vous ! Aucun acte n’est condamnable dès lors qu’il est accompli à des fins spirituelles, le même acte devient un péché s’il est réalisé à des fins charnelles. »

Dissous, certes, mais le mouvement s’offrit de « faux nez », et continua d’exister sous divers noms, notamment La famille, ou Famille d’Amour, ou encore Heaven’s boys, Heaven’s girls, Services missionnaires internationaux, Action Missionnaire Internationale (AMI), Centre au service des familles, Familles sans frontières, etc. Je connais ce mouvement et ses pratiques épouvantables du fait d’avoir lu il y a dix ans le premier livre de la française Amoreena Winkler, intitulé à juste titre Purulence (Purulence, Angoulême, ego comme X, que m’avait filé mon camarade Franck Villard de l’Observatoire zététique aussi (ici). Je vous mets un trigger warning : ce livre est dur, très dur. Un autre livre avait également fait l’effet d’une bombe : celui de Celeste Jones, Kristina Jones, et  Juliana Buhring, Not Without My Sister, chez London: Harper Collins Publishing (2007) mais je ne l’ai pas lu.

Cependant, ces témoignages n’éteignirent pas pour autant l’héritage de Mo, décédé en 1994. Lors d’une descente de police restée célèbre dans des familles relevant de la mouvance, à Éguilles (Bouches-du-Rhône), Saint-Herblain (Loire-Atlantique) et Condrieu (Rhône) en 1993, les enquêteurs inculpèrent 21 adultes, avec des accusations portées contre la Famille accablantes : surpeuplement, rationnement de l’eau et de l’alimentation, peu de soins médicaux, pas de visite médecin (la maladie étant le fait de Dieu), pas d’école… Je ne connais pas l’issue de ces inculpations. Toujours est-il qu’il existerait encore en 2014, selon Vigi-sectes, une trentaine de colonies (Éguilles, Condrieu, Nantes, Thionville, Strasbourg, Metz, Auch, Privas, Tournon, Saint-Herblain…) comptant environ 250 personnes.

Quoi qu’il en soit, en 2021 le mouvement, ou son souvenir resurgit parfois où on ne l’attend pas forcément.

J’apprends que Joaquin Phoenix, acteur que je trouve incroyable (et qui en outre a fait la voix off d’un des premiers documentaires antispécistes, Earthlings, de Shaun Monson) a fait partie, enfant, avec ses frères et sœurs, de la Famille, dans les années 80.

Par ailleurs, et c’est tout frais : en 2021, Coline Berry-Rotjman, la fille de Richard Berry, a déposé plainte contre son père pour inceste, mais également contre la chanteuse Jane Manson, son ancienne belle-mère, pour complicité d’inceste. Coline et sa cousine Marilou ajoutent que Jane Manson aurait été membre des Enfants de Dieu – ce qui est plausible : elle a d’ailleurs collaboré sur plusieurs projets, dont l’album La Bible, de 1977, que je ne conseille pas à vos tympans d’écouter (pour les téméraires, c’est là).

Voilà, c’est tout.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *