« Les apothicaires qui achètent une officine s’occupent seulement de savoir si elle possède des vases d’or et des vases peints servant plutôt à l’ostension qu’à la nécessité, mais faisant l’admiration du vulgaire. S’ils employaient à acheter les meilleurs médicaments ce qu’ils dépensent pour ces choses superflues et inutiles, ce serait mieux et pour eux et pour les malades ; mais c’est là folie commune à presque tous qui négligent être et préfèrent paraître. ».

C’est de Guillaume Rondelet (alias Gulielmi Rondeletii), chancelier de la faculté de médecine de Montpellier, dans sa Préface de Pharmacopolarum officina, Paris, apud Jean Macé, 1567 (Rondelet, spécialiste entre autres des « poissons », est accessoirement l’un des inventeurs de la classification binomiale en latin, un siècle avant Carl von Linné).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.