Je suis en train de lire “L’altruisme efficace” (The Most Good You Can Do) de Peter Singer, aux Arènes, traduit de l’anglais par Laurent Bury, 2018, qui pose la question de savoir comment réaliser le maximum de “bien” possible.

C’est d’autant plus cocasse de lire l’actualité, qui fournit en permanence d’excellents TP de philo morale.

Deux cas cette semaine dans le Canard enchaîné : pendant que les Népalais·ses COVID crèvent d’hypoxie, les bouteilles d’oxygène des alpinistes s’amoncellent sur l’Annapurna. .

Quant la politique vaccinale mondiale COVAX : 30% des habitant·es des pays riches sont vacciné·es, contre 0,2% dans les pays pauvres.
Si vous traitez ces sujets avec vos étudiant·es ou élèves, faites-moi savoir.


2 réponses

  1. Grym dit :

    Les pyramides des âges des pays riches et des pays en développement sont relativement différentes.

    Il est malheureux de constater que dans certains pays d’Afrique par exemple, l’espérance de vie inférieure de 20 ans environ aux moyennes européennes.

    Les personnes âgées, considérées comme étant les plus à risque, et à vacciner en priorité (en reprenant le schéma français), sont à priori déjà mortes des suites d’une autre cause. La population restante serait donc à priori moins sujette aux complications graves pouvant mener au décès. À contrario, la plus grande majorité de la population africaine est relativement jeune, et donc à priori, moins exposée aux effets graves et aux complications entraînées par le virus.

    Cette donnée doit-elle, selon vous être prise en compte dans cette exercice de philosophie morale ?

    • Bonjour,
      alors je dirais oui et non et non 🙂
      Oui car si l’optique est de limiter les morts c’est effectivement vacciner les plus âgé·es qui comptait, et donc il aurait fallu répartir justement entre les pays au prorata du nombre de gens âgés.
      Non car la différence d’espérance de vie que vous donnez est celle à la naissance. Le différentiel d’espé de vie n’est plus le même une fois que la période de mortalité infantile est passée, par conséquent, un plus de 50 ans guinéen et un plus de 50 ans français ont un différentiel d’espérance de vie à 50 ans pas aussi différent.
      Enfin, non car l’idée peut être prise non en terme de morts évités de suite, mais en terme de masse critique vaccinée pour éviter l’émergence de trop nombreuses nouvelles variations de virus. De fait, un résultat aussi moisi que les chiffres Covax indique que 1) chaque pays riche a fait preuve d’égoïsme radical, type enfant de 2 ans qui mange le plus de bonbons possibles, et 2) la sacro-sainte (speudo)loi de l’éloignement kilométrique fait qu’on continue (moi le premier :-() à donner plus de prix à nos proches qu’à nos voisins, à nos voisins qu’aux étrangers européens, et aux étrangers européens avant les “autres”, là, “qui de toute façon sont sales et vivent avec des mouches dans les yeux”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *