David contre Goliath, vous connaissez ?

Il y a un petit frenchy discret, Thibault Le Texier, qui a démantibulé une icône de la psychologie. Et quasi personne n’en cause. Est-ce parce que personne n’ose reconnaître avoir gobé tout cru la sornette ? Moi-même j’avais quelques doutes, mais pas suffisamment pour ne pas avaler la couleuvre sans moutarde.

 

Le mythe : Philip Zimbardo, pop-hero de la psychologie.

L’expé : dite de Stanford, sur les conditions carcérales, ayant servi de support à « l’effet Lucifer » dont le chercheur a fait un livre survendu.

Pour tout savoir :

  • Le bouquin de Thibault, Histoire d’un mensonge, enquête sur l’expérience de Stanford : un must.
  • Sa publi dans American Pychologist est une bombe. Télécharger ici
  • Nicolas Martin et son équipe de La méthode scientifique sur France Culture ont également diffusé leur émission sur la mascarade dite « de Stanford ». Salutaire, vu le peu d’écho donné à ce déboulonnage de mauvaise science. C’est ici (lien)
  • Le 12 février 2019, dans un amphi de l’Université Grenoble-Alpes, j’ai fait causer Thibault. La conférence mérite le détour, la voici.

Le professeur Dominique Muller a pris la suite lors de cette conférence, et a montré quelques problèmes liés à la réplication. Entre autres exemples qu’il citait, Daryl Bem, que vous connaissez peut être comme un défenseur de la parapsychologie, autour du protocole Ganzfeld et de la « feeling the future » experiment. Expérience  dont vient aussi de parler Rémi Gau dans sa conférence pour Skeptics in the pub début 2020 à Bruxelles (à écouter là).

 

Merci à l’éternel François B, qui avait fait la délicate affiche de ses gros doigts boudinés.

 

Bref, de quoi égayer votre journée : cela montre que la science est un processus autocorrectif, et que son effet Lucifer, Zimbardo ne l’emportera pas au paradis.

 

Anecdote : avec l’ami Nicolas Gaillard, il me semble que c’était en 2010 ou 2011, on a voulu voir P.  Zimbardo lors de son passage à Lyon. On s’est préparés, et on s’est rendu compte que la conf était… la veille.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.