Maurice Plocki dit Rajsfus (nom de sa mère) (1928-2020)

Historien « autonome ».
Rescapé de la rafle du Vel d’Hiv’ à 14 ans, antifasciste infatigable, il fut historien « amateur » et militant presque malgré lui. il passa son existence à archiver les violences policières en France des années sombres de la Collaboration jusqu’à sa mort en 2020. Il a été président d’honneur de Ras l’front, association dont j’ai été membre dans mes premières années universitaires. Anaïs Kein fait une rétrospective sur lui dans Toute une vie sur France Culture (au cas où l’émission ne soit plus disponible, je la mets ici). Dedans, j’y découvre vers la minute 43 les événements du 14 juillet 1953 dont je n’avais guère entendu parler. Comme quoi, même si la catégorie « historien non professionnel » peut laisser parfois perplexe, elle a aussi parfois des vertus, et Rajsfus en avait à revendre, de la vertu.

L’extrait ci-dessous est stupéfiant. On y entend Ludivine Bantigny, maîtresse de conférence en histoire contemporaine, et Emmanuel Blanchard, historien, causer d’un événement que je ne connaissais qu’à peine, suivi de la lecture des manchettes de l’époque. Trois minutes à peine pour se retourner le ciboulot.

Je dédis cet article à mon amie Fadila Mazzouz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *