Tous les prépuces du Christ mis bout à bout…

Comme chaque semestre je révise mes « reliques » chrétiennes pour mes cours. Et chaque fois je découvre des choses nouvelles.

Je ne parle pas des statues qui pleurent du sang, des suaires et véroniques, des « vrais » fragments de la « Vraie Croix », si nombreux, selon Calvin dans son Traité des reliques, qu’ils représentent « la charge d’un bon gros bateau ». Ni des innombrables têtes de saint Jean Baptiste, de saint ayant dix mains, des dents et ongles christiques, des kilos de prépuce et des décamètres de cordon ombilical de Jésus lui-même. Ni des brindilles du Buisson Ardent, de la nappe des noces de Cana, des pantoufles de saint Joseph…

Je veux parler cette fois des… reliques gazeuses. Sont recensés plusieurs souffles de Jésus, conservés en bouteille, ainsi que le « han ! » de saint Joseph fendant une bûche, qui serait semble-t’il encore conservé près de Blois. Enfin, last but not least : Agrippa d’Aubigné rapporte l’existence d’un… éternuement du Saint Esprit, contenu dans une fiole dans la cathédrale Saint-Front, à Périgueux, que les Huguenots, méchants comme la teigne, brisèrent, durant les Guerres de Religions. Fort heureusement, un autre éternuement a été signalé du côté de Cologne.

Source : Aperçu sur les reliques chrétiennes, de Françoise Biotti-Mache, Dans Études sur la mort 2007/1 (n° 131), pages 115 à 132

Il paraît que la relique en question ressemblait à peu près à ça.

 

2 réponses

  1. Pascal JACOB dit :

    Agrippa d’Aubigné rapporte l’existence d’un… éternuement du Saint Esprit : auriez-vous une source de cette étrangeté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.