J’aime bien Anne Poiret. D’abord parce qu’elle est journaliste d’investigation, au long cours. Ensuite parce qu’elle choisit des thèmes cruciaux alors que peu sexy. Enfin, parce qu’elle va jusqu’au bout. L’un de ses derniers faits d’arme ? Les ventes d’armes de la France, en 2018. Enquête, puis documentaire Mon pays vend des armes, puis un livre du même nom, aux éditions les Arènes en 2019. 

Je vous parle d’elle parce que je viens de l’écouter parler durant cinq épisodes, dans le podcast Histoire vivante, de la RadioTélé suisse romande, du 29 juin au 3 juillet 2020. Chaque épisode dure moins d’une demi-heure. Je vous sers ?

écouter sur le site,

écouter ci-dessous

Pour voir le documentaire, c’est là :

Anne Poiret a également réalisé avec ses équipes de monteur·ses, caméra, ingé son, etc :

  • 2007 : Muttur: crime contre l’humanitaire (pour lequel a été décerné le prix Albert-Londres)
  • 2009 : Monténégro
  • 2012 : Namibie, le génocide du IIe Reich
  • 2013 : Fabrique d’un état (sur le Soudan)
  • 2014 : Épidémies, la menace invisible
  • 2015 : Libye : l’impossible État-nation
  • 2016 : Cachemire, au cœur d’une poudrière
  • 2016 : Bienvenue au Réfugistan
  • 2017 : Syrie, mission impossible
  • 2018 : Mon pays fabrique des armes
  • 2019 : Mossoul, après la guerre

Merci Madame, de nous éclairer patiemment.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *