La plupart des étudiant·es que je connais adore regarder des séries. C’est une accroche formidable pour introduire des pans de science, quand c’est bien fait sur le plan scientifique. Je me suis servi durant les vingt dernières années d’un nombre d’extraits de série hallucinant, (une partie doit être encore en ligne sur www.cortecs.org). Je ferai une compilation en ligne un jour, promis. Des extraits superbes dans des séries un peu moisies (Kyle XY par exemple ), d’autres tirés de séries remarquables (Dr House, Masters of sex, saison 1… South Park, si si j’insiste), et parfois c’est toute la série dans son ensemble qui fait œuvre pédagogique, The Wire restant probablement le summum du genre, avec des choses comme American crime story : The People vs. O.J. Simpson.

Parfois, c’est difficile d’extraire quelque chose, tant tout est bien, mais un peu diffus. J’ai eu ce problème avec la magnifique After Life, de (et avec) l’humoriste sceptique Ricky Gervais, mais également avec l’histoire de l’élaboration scientifique du profiling scientifique dans la série Mindhunter saison 1, dans laquelle est narrée l’acceptation progressive de la psychologie criminalistique du fait de l’opiniâtreté des agents Douglas et Ressler, aidés de la chercheuse (infirmière au départ !) Ann Burgess. De ce que j’en sais, c’est plutôt fidèle à  la réalité historique.

Dans le même thème, je recommande avec un poil de subjectivité peut être, Manhunt – Unabomber, de Andrew Sodroski, Jim Clemente et Tony Gittelson.

La part subjective réside dans le fait que l’affaire Unabomber, la plus longue et plus coûteuse traque au tueur “en série” des US (ça a duré 17 ans) m’avait profondément bouleversé alors que j’étais jeune étudiant. C’étaient les débuts d’internet, il n’y avait pas les mêmes moyens que maintenant, et j’avais entendu parler d’Unabomber, quelqu’un qui balançait des bombes planquées dans des lettres et des paquets, par la Poste, mais je n’avais pas su qu’il avait été arrêté. Aussi bizarre que cela paraisse, je l’apprendrai en regardant Will Hunting, le film de Gus van Sant avec Matt Damon, paru un an après (dans un échange entre les acteurs Robin Williams et Stellan Skarsgård, si vous voulez tout savoir, dans le premier tiers du film). J’avais noté à l’arrache le nom polonais du coupable sur un calepin, et j’eus un mal de chien à retrouver les infos.  Bouleversé parce que le type, ancien chercheur brillant en mathématiques, était un reclus dans la montagne pour des raisons de contestation de la technologie (courant qu’on appelle le courant luddite),  et balançait des colis piégés  un peu partout dans ce qu’il estima être les rouages de cette technologie. En gros, c’était un peu la version hard de notre mathématicien Alexandre Grothendieck, qui lui s’est contenté de vivre reclus en Ariège et de planter des salades. Il y a beaucoup de proximité de pensée avec les acteurs et actrices de certaines ZAD, avec des moyens différents, ou avec les groupes qui ont commis quelques incendies, dont celui de la Casemate, à Grenoble en 2017.

La part objective, c’est que même si la série  a quelques longueurs techniques, on y assiste à la difficile émergence d’une discipline, la  forensic linguistics, terme inventé quelques temps plus tôt par le linguiste Svartvik. On y voit également un long passage (de mémoire, c’est l’épisode 7) sur le projet MK-Ultra* de la CIA, menée entre autres par Timothy Leary le “pape” du LSD et Murray le psychologue (inventeur du TAT, Thematic Apperception Test, pour les connaisseurs/ses, test projectif un peu foireux souvent utilisé avec le Rorschach, vous savez les tâches d’encre comme sur l’affiche de Mindhunter, en haut de l’article). Henry Murray,  qu’on voit dans l’épisode, avait pour objectif de trouver des moyens de laver le cerveau des espions soviétiques. Lui et d’autres ont maltraité, drogué, violenté mentalement des étudiants pendant des années, entre les années 1950 et les 70’s. Ted Kaczynski a fait partie de ce “bétail” de laboratoire. Enfin, la logique néo-luddite de Kaczynski n’est pas bradée dans la série, et elle interpelle à maints points de vue. Je m’étais procuré au siècle dernier le manifeste, publié aux éditions du Rocher avant même l’arrestation du coupable. En voici la couverture. SI vous passez dans mon bureau, je peux vous le prêter.

 

* Pour les enseignant·es qui font de la pensée critique, vous avez certainement vu surgir MK-Ultra dans beaucoup de propos complotistes anti-Amérique – et il y a fréquemment des gens du showbiz pour relancer le tambourin – pensons à Roseanne Barr, vous vous rappelez, l’actrice de la série Roseanne, qui passait de mémoire sur M6 vers 1990…. ok je suis vieux.

Il faut dire qu’il y a eu des affaires sordides, comme la mort de Franck Olson, qui ne sont toujours pas réellement réglées (on m’a dit qu’une série appelée Wormwood traite de cela). SI le sujet vous branche, j’ai quelques livres pointus, mais aussi une excellente introduction avec l’épisode du 13 novembre 1997 de la légendaire émission Rendez-vous avec X de Patrick Pesnot). Chose amusante, tous les groupes que j’ai fait travailler sur le dossier du “pain maudit” de Pont-Saint-Esprit on pris au sérieux la piste de MK-Ultra, avec des avions étasunien saupoudrant la ville française de LSD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *